Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Éléments de langues latine et grecque > Langue grecque > Approfondissement > Epicure II

Epicure II

vendredi 17 février 2006, par Robin Delisle

Voici la suite de la Lettre à Ménécée. Ce passage est particulièrement délicat à appréhender. En effet, Epicure développe l’idée selon laquelle philosopher est nécessaire à tous les âges de la vie et met en évidence ce que philosopher apporte à chaque âge de l’existence. Enfin il affirme la prééminence du bonheur qui doit être l’objet de l’attention du philosophe qu’il en jouisse ou qu’il en soit privé.

ὁ δὲ λέγων 1 ἤ μήπω τοῦ φιλοσοφεῖν ὑπάρχειν ὥραν ἤ παρεληλυθέναι τὴν ὥραν ὅμοιός ἐστι τῷ λέγοντι 2 πρὸς
εὐδαιμονίαν ἤ μὴ παρεῖναι τὴν ὥραν ἤ μηκέτι εῖναι ·
ὥστε φιλοσοφητέον καὶ νέῳ καὶ γέροντι, τῷ μὲν ὅπως γηράσκων νεάζῃ4 τοῖς ἀγαθοῖς διὰ τὴν χάριν τῶν γεγονότων3, τῷ δὲ ὅπως νέος ἅμα καὶ παλαιὸς ᾖ4 διὰ τὴν ἀφοβίαν τῶν μελλόντων5. μελετᾶν οὖν χρὴ τὰ ποιοῦντα τὴν εὐδαιμονίαν, εἴπερ παρούσης μὲν αὐτῆς6 πάντα ἔχομεν, ἀπούσης7 δὲ πάντα πράττομεν εὶς τὸ ταύτην ἔχειν.

Notions grammaticales requises :
La proposition infinitive (1ère année).Le participe présent ( de plus en plus indispensable ! ) Le subjonctif présent.L’adjectif verbal.Le génitif absolu (1ère année).

Vocabulaire.

ἅμα : en même temps.
ἀπειμι : être absent.
ἀφοβία : l’absence de peur.
γηράσκω : je suis vieux.
διὰ + Accusatif : par l’intermédiaire de, grâce à, à cause de.
εἴπερ : s’il est vrai que, si toutefois, quoique, quand même
εὐδαιμονία : le bonheur.
ἤ...ἤ... : ou bien...ou bien...μελετᾶν : s’exercer à ( infinitif contracte de μελετάειν du verbe μελεταω )
μελλω : outre les deux sens du passage précédent, ce verbe signifie aussi "être sur le point de", "s’apprêter à ".
μηκέτι : ne plus
μήπω : ne pas encore
νεάζω : je suis jeune.
ὅμοιός,α,ον +datif : semblable à.
ὅπως + subjonctif = afin que
παλαιὸς,α,ον : ancien, vieux.
παρεῖναι : être proche, être près, être présent ( infinitif présent de παρειμι )
παρεληλυθέναι : infinitif aoriste passif de παραλυω : je délivre, je mets fin.
πράττω : je fais, j’agis.
φιλοσοφητέον : adjectif verbal que l’on traduira par "il faut philosopher"
χάρις : traduire par "grâce"χρὴ : il faut.
ὥρα : le temps
ὥστε : de sorte queὑπάρχειν = εῖναι

Notes

  1. Attention, le participe présent substantivé ὁ δὲ λέγων introduit une magnifique proposition infinitive à deux tenants !
  2. Tout comme ὁ δὲ λέγων, τῷ λέγοντι introduit une proposition infinitive également à deux tenants.
  3. τῶν γεγονότων = les choses passées. τῶν γεγονότων participe aoriste de γιγνομαι fait référence à tout ce qui s’est déroulé dans l’existence du vieillard. Toute l’expression διὰ τὴν χάριν τῶν γεγονότων a en quelque sorte valeur de "remerciement" de la part du vieillard pour toutes les bonnes choses qu’il a vécues. χάρις signifie aussi la joie le plaisir. c’est cette joie qui peut permettre au vieillard de demeurer jeune.
  4. νεάζῃ et ᾖ sont deux subjonctifs, le premier du verbe νεάζω , le second du verbe ειμι , à la troisième personne du singulier.
  5. τῶν μελλόντων s’oppose à τῶν γεγονότων . Il s’agit des choses qui sont sur le point d’être, c’est à dire des choses à venir, donc de l’avenir.
  6. Attention παρούσης μὲν αὐτῆς est un génitif absolu qui s’oppose au génitif absolu ἀπούσης.
  7. αὐτῆς est sous entendu en sujet de ἀπούσης

Grammaire.

* Le subjonctif présent actif.

Généralités :
Le subjonctif se caractérise par l’allongement des désinences thématiques du présent.

λύω

λύῃς

λύῃ

λυώμεν

λύητε

λύωσι(ν)

Pour les verbes contractes, les verbes en εω/ῶ la conjugaison est la même que pour, mais l’accent est circonflexe et se déplace sur le voyelle de la désinence. Les verbes en αω/ῶ ont exactement les mêmes formes qu’au présent de l’indicatif.

* L’adjectif verbal

L’adjectif verbal en -τεός,α,ον exprime en principe l’obligation. Il se rajoute sur le radical du verbe. En règle générale on le trouve au neutre singulier et on le traduit alors par "il faut". Parfois on le trouve comme attribut du sujet et dans ce cas le nom de la personne à qui incombe l’obligation se met au datif.

* Le génitif absolu.

C’est un complément circonstanciel au génitif composé d’un nom ou d’un pronom au génitif et d’un participe (passé ou présent) au génitif également. On le traduit soit mot à mot à partir du grec, soit par une subordonnée conjonctive circonstancielle ou tout autre forme de compléments circonstanciels.

παρούσης μὲν αὐτῆς : celui-ci étant présent ( αὐτῆς reprend τὴν εὐδαιμονίαν qui est un mot féminin ).

Pour éclairer d’éventuels latinistes, le génitif absolu grec est l’équivalent approximatif de l’ablatif absolu latin.