Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Éléments de langues latine et grecque > Langue grecque > Initiation > Les Jeux Olympiques

Les Jeux Olympiques

vendredi 17 février 2006, par Robin Delisle

Les jeux olympiques , laissés pour mort à l’issue du IVème siècle avant J.-C. semblaient ne jamais devoir renaître. Pourtant, en 1896 d’abord, puis en 2004 ensuite, ils sont réapparus sur le sol même qui les a vus naître. Parce que les jeux olympiques ont su passer à travers le temps, ceux qui les ont évoqués ont parfois à leur tour laissé une empreinte indélébile dans la grande roue du temps. Aussi faut-il laisser la parole à Lysias, l’orateur grec, qui mieux que quiconque à su dire quel fut à l’origine l’esprit qui préluda à la conception même des jeux...

Parmi tant de hauts faits qu’il convient de célébrer, Héraklès a droit à notre souvenir parce que le premier, par amour pour les Grecs il les rassembla à cette fête. Jusque là, les cités étaient divisées entre elles. Mais après avoir mis fin à la tyrannie et réprimé la violence, il institua une fête qui fût un concours de force, une émulation de richesse, un déploiement d’intelligence dans le plus beau lieu de la Grèce : ainsi les Grecs se réuniraient pour voir et entendre ces merveilles et ce rapprochement, pensait-il, serait propre à faire naître entre eux une mutuelle affection.

Lysias, Discours olympique, 1-2.

A 2500 ans de distance, une autre voix répond à Lysias : l’admirable Georges Séféris évoquant avec mélancolie le glorieux passé d’Olympie.

Γεννήθηκα στην Ολυμπία !

Γεννήθηκα στην Ολυμπία
Κι από τα πρώτα μου βήματα σκοντάφτω πάνω στην Ιστορία.
Τ’ αγάλματα μου μάθανε την ομορφιά και μου διδάξανε τη γαλήνη.
Αγγίζω με τα δάκτυλα μου την αφή του Πραξιτέλη πάνω στις πέτρες.
Χαϊδεύω τις ρημαγμένες κολώνες και βλέπω τον ήλιο με άλλα μάτια.
Κάποτε εδώ πάλεψε ο Ηρακλής
Κάποτε εδώ πάλεψε ο Διαγόρας
Κάποτε εδώ γεννήθηκε το ολυμπιακό πνεύμα.


Je suis né à Olympie !

Je suis né à Olympie
Et dès mes premiers pas, je me heurte à l’Histoire.
Les statues m’ont appris la beauté et m’ont enseigné la sérénité.
Je perçois avec mes doigts le toucher de Praxitèle sur les pierres.

Je caresse les colonnes lézardées et vois le soleil avec des yeux nouveaux.
Un jour, ici, s’est battu Heraclès.
Un jour, ici, a marché Diagoras.
Un jour, ici, est né l’Esprit Olympique.

Γιώργος Σεφέρης, "Γεννήθηκα στην Ολυμπία"


  • Munissez-vous d’un dictionnaire de grec ancien ou encore utilisez Le Bailly abrégé en ligne . Identifiez , grâce à leurs similitudes ou par les racines, autant de mots que possible, même s’il s’agit d’un texte en grec moderne. Relevez les différences que vous notez le cas échéant (déclinaisons, conjugaisons).
  • Recherches : qui sont Diagoras et Praxitèle ? Qu’est-ce qui dans le texte de Lysias permet de comprendre l’allusion à Héraklès dans le texte de Séféris ?
  • Commentez ce vers de Séféris : " Et dès mes premiers pas, je me heurte à l’Histoire".

Les origines

Le poète Pindare a célébré Olympie, la terre natale des jeux olympiques. Les organisateurs des J.O 2004 d’Athènes s’en sont souvenus : le premier vers du poète figure sur les médailles.

μᾶτερ ὦ χρυσοστεφάνων ἀέθλων, Οὐλυμπία,
δέσποιν’ ἀλαθείας : ἵνα μάντιες ἄνδρες
ἐμπύροις τεκμαιρόμενοι παραπειρῶνται Διὸς ἀργικεραύνου,
εἴ τιν’ ἔχει λόγον ἀνθρώπων πέρι
μαιομένων μεγάλαν
ἀρετὰν θυμῷ λαβεῖν,
τῶν δὲ μόχθων ἀμπνοάν :
[...]
ἀλλ’ ὦ Πίσας εὔδενδρον ἐπ’ Ἀλφεῷ ἄλσος, [...]
τόνδε κῶμον καὶ στεφαναφορίαν δέξαι. μέγα τοι κλέος αἰεί,
ᾧτινι σὸν γέρας ἕσπητ’ ἀγλαόν

Pindare, Olympiques, VIII, v. 1-15

Médaille Olympique
Médaille olympique des JO de 2004
  1. Identifiez les principaux lieux du texte. Regardez bien les deux premiers vers :
    deux mots sont mis en parallèle ; réécrivez-les et tentez de trouver les mots français qui en sont issus.
  2. Que constate-t-on du point de vue des constructions ? Expliquez quelle est l’intention du poète .
  3. Vous semble-t-elle à méditer, par les temps qui courent, dans nos modernes jeux olympiques ?
  4. Quel important personnage intervient dans les jeux ? De quelle manière ?
  5. Qui est Pindare ? Faites une recherche sur ce poète, et particulièrement sur le contexte dans lequel il a écrit les Olympiques.

Traduisez le texte àl’aide du vocabulaire ci-dessous

Olympiques
Texte de Pindare : vocabulaire

Notes :

τιν’ = τινὰ
τινὰ λόγον ἔχειν πέρι avoir un plan pour quelqu’un (= favoriser quelqu’un
λαβεῖν vient de λαμβάνω (prendre saisir). C’est un infinitif aoriste
δέξαι : reçois.
ἁμπνοά = ἀναπνοή

Les noms en -ις

  • μαντις a hésité entre deux déclinaisons : celle de πολις πολεως et celle de φροντις, -ιδος, tout en appartenant à une ancienne catégorie, les noms en ις avec génitif singulier en ιος. nombreux dans la poésie ancienne sont devenus rares dans le grec classique.
  • πόλεες devient πόλεις par contraction.

<td
style="text-align: center; background-color: rgb(255, 255, 255);"
bgcolor="#f8f8e4" valign="top" width="30%">φροντίς (ἡ) le souci

<td
style="text-align: center; background-color: rgb(255, 255, 255);"
bgcolor="#f8f8e4" valign="top" width="30%"><font
size="+1">μάντις,
- εως (ὁ) le devin

<td
style="text-align: center; background-color: rgb(255, 255, 255);"
bgcolor="#f8f8e4" valign="top" width="30%">πόλις (ἡ) la cité

<td style="color: rgb(0, 0, 0); background-color: rgb(255, 255, 255);" align="left" bgcolor="#e6fab6" valign="top" width="10%">Nom.
Voc.
Acc.
Gen.
Dat.

<td
style="color: rgb(0, 0, 0); text-align: left; background-color: rgb(255, 255, 255);"
bgcolor="#f8f8e4" valign="top" width="30%">φροντίς
φροντί

φροντίδα
φροντίδος
φροντίδι

<td
style="color: rgb(0, 0, 0); text-align: left; background-color: rgb(255, 255, 255);"
bgcolor="#f8f8e4" valign="top" width="30%"><font
size="+1">μάντις
μάντι
μάντιν

<font
size="+1">μαντέως /
μαντιος
<font
size="+1">μάντεϊ

<td
style="color: rgb(0, 0, 0); text-align: left; background-color: rgb(255, 255, 255);"
bgcolor="#f8f8e4" valign="top" width="30%">πόλις
πόλι
πόλιν
πόλεως

πόλει

<td style="color: rgb(0, 0, 0); background-color: rgb(255, 255, 255);" align="center" bgcolor="#e6fab6" valign="top" width="10%"> 

<td
style="color: rgb(0, 0, 0); text-align: center; background-color: rgb(255, 255, 255);"
colspan="3" bgcolor="#e6fab6" valign="top" width="97%">Pluriel

<td
style="color: rgb(0, 0, 0); background-color: rgb(255, 255, 255);"
align="left" bgcolor="#e6fab6" valign="top" width="10%"> <span
style="font-weight: bold;">Nom.
Voc.<br
style="font-weight: bold;">
Acc.<br
style="font-weight: bold;">
Gen.<span
style="font-weight: bold;">
Dat.

<td
style="color: rgb(0, 0, 0); text-align: left; background-color: rgb(255, 255, 255);"
bgcolor="#f8f8e4" valign="top" width="30%">φροντίδες
φροντίδες
φροντίδας
φροντίδων
φροντίσι (ν)

<td
style="color: rgb(0, 0, 0); text-align: left; background-color: rgb(255, 255, 255);"
bgcolor="#f8f8e4" valign="top" width="30%"><font
size="+1">μάντιδες
/
μάντιες

μάντιδες
/
μάντιες
μάντιδας
μάντεων
μάντεσι

<td
style="color: rgb(0, 0, 0); text-align: left; background-color: rgb(255, 255, 255);"
bgcolor="#f8f8e4" valign="top" width="30%">πόλεις (εες)
πόλεις (εες)
πόλεις
πόλεων
πόλεσι

Cas

La course de chars

Pelops

[ Pélops] voulut obtenir de son père l’illustre Hippodamie. Il alla donc aux bords de la mer blanchissante ; seul, dans l’ombre nocturne, il appela le dieu du trident [...] Pélops lui dit : " Ah ! si les doux présents de Cypris, ô Poseidon, ont quelque charme, enchaîne la lance d’airain d’Oenomaos ; conduis-moi sur ton char le plus rapide au pays d’Elis et mène-moi à la victoire, car déjà par la mort de treize héros, treize prétendants, il recule sans fin le mariage de sa fille. [...] J’affronterai cette épreuve. A toi de m’accorder le succès désiré." [...] Pour le glorifier le dieu lui donna son char d’or et des chevaux aux ailes inlassables. Il triompha d’Oenomaos et la vierge vint dans son lit.

Pindare , Olympiques , I, v.112-143

Pelops est donc sans doute l’un des premiers grecs à prendre les commandes d’un char. L’idée connaît un certain succès d’Homère à l’Aurige de Delphes...

Une course mouvementée

Iliade
Un char...

L’Iliade, premier récit de la littérature grecque antique fournit des renseignements précieux sur les premiers jeux. Il semble bien , ainsi que les jeux aient d’abord une fonction religieuse : ils sont sans doute liés aux rites funéraires. Au chant XXIII de l’Iliade, Achille organise des jeux en l’honneur de Patrocle tombé au combat. Il n’est pas innocent qu’un chant entier soit consacré à ces derniers...

Iliade chant XXIII v257-650

  • I. Les accidents de la course
    • Quels sont les différents incidents dont peuvent être victimes les concurrents ?
    • Quelle tactique emploie Antiloque pour passer devant Ménélas ?
  • II. Autres courses
    • Quelle autre course est évoquée dans cet extrait du chant XXII ?

Le site d’Olympie

Le périmètre d’Olympie

ὁ δ’ [ἄρ’ ἐν Πίσᾳ ἔλσαις ὅλον τε στρατὸν
λαίαν τε πᾶσαν] Διὸς ἄλκιμος
υἱὸς σταθμᾶτο(délimita) ζάθεον (divin) ἄλσος(Bois sacré) πατρὶ μεγίστῳ :
περὶ δὲ πάξαις (palissade) Ἄλτιν μὲν ὅγ’ ἐν καθαρῷ
διέκρινε, τὸ δὲ κύκλῳ πέδον la plaine)
ἔθηκε (établir quelque chose) δόρπου (le dîner) λύσιν (une place festive),
τιμάσαις (ayant honoré) πόρον (fleuve) Ἀλφεοῦ

Pindare Olympiques X 51-5

  • Identifiez les lieux du texte (relevez les prépositions qui indiquent une position).
  • Montrez (en citant le texte) comment Héraklès pose les bases du futur site en songeant aux dieux.
  • Que nous apprend le texte sur ces premiers jeux ?
  • D’après le texte de Pindare , et après avoir étudié les plans suivants , Carte d’Elide, la Voie Sacrée, et une vue aérienne sur le site du Ministère grec de la culture, tentez de dresser un plan du sanctuaire primitif, celui qu’érige Héraklès.

Au coeur d’Olympie.

D’Olympie, il ne reste plus aujourd’hui que quelques pierres. Et pourtant, Georges Séféris a marché dans ces ruines...

"J’ai fait mes premiers pas sur la poussière millénaire sous l’ombre grandiose des ruines sacrées.
J’ai joué dans le stade antique, sur la terre foulée par les dieux et les héros.
J’ai entendu les pierres raconter au vent les mythes et les légendes.
Sous la lumière pâle et reposante du soleil couchant ou dans l’éclat du soleil de l’été,
Mes yeux innocents considéraient comme naturelle la beauté indicible des statues et des monuments.
Naturel comme le mouvement de la mer et l’odeur des pins.
L’Hermès de Praxitèle. La Victoire de Paionios. Le Temple d’Héra. _ L’Autel de Zeus.
Et dans mes rêves j’ai vu la Victoire me couronner d’un rameau d’olivier sauvage."

Quelle meilleure entrée sur le site que de marcher dans les traces de Georges Séféris...Point de départ : l’autel de Zeus, au coeur même de l’Altis, le bois sacré. (ἄλσος) sur le site Mêtis.

  1. Il existe à Olympie un lieu consacré au héros Pélops : où se trouve-t-il ?
  2. Où se trouvent les vestiges les plus anciens d’Olympie ? Montrez en quoi leur localisation peut corroborrer la légende de Pélops.
  3. L’une des sept merveilles du Monde Antique se trouvait à Olympie : pouvez-vous situer précisément dans quel monument, et le nom de l’artiste qui l’a réalisée ?

Tout le monde n’aime pas les jeux...

Dès le Vème siècle av J-C, un certain Xénophane de Colophon, esprit sceptique s’il en est et philosophe, exprime ses doutes sur le bien-fondé des jeux et de l’admiration que l’on porte aux athlètes...

Ἀλλ᾿ εἰκῇ µάλα τοῦτο νοµίζεται, οὐδὲ δίκαιον προκρίνειν ῥώµην τῆς ἀγαθῆς σοφίης· οὔτε γὰρ εἰ πύκτης ἀγαθὸς λαοῖσι µετείη οὔτ᾿ εἰ πενταθλεῖν οὔτε παλαισµοσύνην, οὐδὲ µὲν εἰ ταχυτῆτι ποδῶν, τό περ ἐστὶ πρότιµον, ῥώµης ὅσσ᾿ ἀνδρῶν ἔργ᾿ ἐν ἀγῶνι πέλει, τούνεκεν ἂν δὴ µᾶλλον ἐν εὐνοµίῃ πόλις εἴη· σµικρὸν δ᾿ ἄν τι πόλει χάρµα γένοιτ᾿ ἐπὶ τῷ, εἴ τις ἀεθλεύων νικῷ Πίσαο παρ᾿ ὄχθας· οὐ γὰρ πιαίνει ταῦτα µυχοὺς πόλεως.

  • Observez d’abord le texte grec sans consulter la traduction. Tentez d’identifier autant que possible les mots, ou à défaut des racines identifiables en français.
    • Relevez le vocabulaire du sport. Quel est à votre avis le mot grec qui résumé lapidairement toute l’énumération à laquelle se livre Xénophane ?
    • De même quelle idée s’oppose à cette énumération ? Comment Xénophane la qualifie-t-il ? Quels sont les deux principaux arguments de Xénophane de Colophon ? Connaissez-vous le coût d’organisation des trois derniers jeux olympiques ? Faites une recherche et comparez avec le PNB de l’actuelle Macédoine(PNB année 2004). Que vous inspire cette recherche, à la lueur des réflexions de Xénophane ?
  • Examen du système conditionnel
    • τούνεκεν ἂν δὴ µᾶλλον ἐν εὐνοµίῃ πόλις εἴη, οὔτε γὰρ εἰ πύκτης ἀγαθὸς λαοῖσι µετείη...οὔτ᾿ εἰ...οὐδὲ µὲν εἰ
    • σµικρὸν δ᾿ ἄν τι πόλει χάρµα γένοιτ᾿ ἐπὶ τῷ, εἴ τις ἀεθλεύων νικῷ Πίσαο παρ᾿ ὄχθας·
    • Etudiez le système des modes. Il y a dans leur utilisation une visée argumentative : qu’estce qu’exprime Xénophane sous forme d’hypothèses, et qu’exprime-t-il via des indicatifs présents ? Qu’en déduisez-vous sur le jeu modal ici ?
    • L’optatif est un mode qui sert à exprimer les souhaits (utilisé isolément) et les possibilités d’action (potentiels).
    • ἄν + optatif exprime une condition que l’on suppose réalisable à l’avenir : c’est une action potentielle. On trouve dans la subordonnée conditionnelle εἰ + optatif. σµικρὸν δ᾿ ἄν τι πόλει χάρµα γένοιτ᾿ ἐπὶ τῷ, εἴ τις ἀεθλεύων νικῷ Πίσαο παρ᾿ ὄχθας.

Etudiez la morphologie de l’optatif dans le précis grammatical des Hodoi elektronikaï

Essayez de traduire le texte ci-dessus avec un dictionnaire. En désespoir de cause, reportez-vous à sa traduction à sa traduction.