Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Humanités > Essai sur les origines orphico-dionysiaques du Tarot de Marseille.

Essai sur les origines orphico-dionysiaques du Tarot de Marseille.

vendredi 7 avril 2006, par Robin Delisle

L’helléniste Daimonax alias Silène vient de publier l’annonce suivante sur le site du Portique.

Sommaire :
http://www.bacchos.org/tarothtm

• A la fin de l’introduction, j’ai reconstitué le plan d’ensemble (néopythagoricien) de cet ancien jeu de 78 cartes.

http://www.bacchos.org/tarothtm/intro3c.html

• Dans le premier chapitre, je démontre que le jeune homme blond du tarot n’est autre que Bacchus, ou son effigie, dans des contextes de rituels orphico-dionysiaques :
lames 1-Le Bateleur, 6-L’Amoureux, 7-Le Chariot et 12-Le Pendu.
http://www.bacchos.org/tarothtm/1bat1.html

Jusque-là, il s’agit de la vesrion quasi définitive (rien n’est définitif tant que ce n’est pas imprimé...).

• Dans le deuxième (en phase de correction), je traite des bacchantes du tarot :
lames 21-Le Monde, 14-La Tempérance, 17-L’Etoile et 11-La Force.
http://www.bacchos.org/tarothtm/21monde1.html

A partir de là, il ne s’agit que du premier jet, à peine retravaillé dans la forme. Mais l’essentiel des thèses ou arguments est là, dans le détail.

• Dans le troisième, je poursuis la figure de Silène et celle de la domina du thiase :
lames 2-La Papesse, 5-Le Pape, 3-L’Impératrice, 4-L’Empereur, (0/22)-Le Mat et 9-L’Hermité.
http://www.bacchos.org/tarothtm/5pape1.html

• Dans le quatrième, je m’attarde sur le myste et son double satyrique ; et aussi sur l’hermès ithyphallique des rituels (que j’avais déjà abordé pour les lames 6-L’Amoureux et 7-Le Chariot) :
lames 19-Le Soleil, 15-Le Diable, 18-La Lune et 16-La Maison Dieu (bien que cette carte pose encore problème, elle échappe un peu à l’ensemble).

http://www.bacchos.org/tarothtm/15et16diablemaisondieu.html

• Enfin, dans le cinquième chapitre, je traite de l’orphisme populaire et des autres divinités du spectacle présentes dans le tarot, Némésis et Fortuna, et conclus sur les mystères de Lerne :
lames 10-La Roue de la Fortune, 13-(La Mort), 8-La Justice et 20-Le Jugement.
http://www.bacchos.org/tarothtm/10et13roueforunemort.html

L’occasion de rediscuter bien des points acquis ou incertains du dionysisme, ou de développer certaines digressions dionysiaques autour des fresques de la villa des Mystères, d’un vers des Bacchantes ou des orgia.

Bien entendu, ce n’est pas encore la version finale, la rédaction n’est pas au même stade d’achèvement partout, bien des tournures ou répétitions malheureuses ou autres tics personnels sont encore à nettoyer, sans parler des nombreuses coquilles dues à un clavier usé et assez dur. Un polissage actuellement en cours.

Une étude qui m’a demandé plus de cinq ans, sans les moyens universitaires habituels, en indépendant. Bien des imperfections subsistent concernant le traitement de l’iconographie, il me manque encore bien des références pour être plus précis. Cependant, les thèses originales que j’avance, si elles se trouvent assez convaincantes, obligeraient à modifier sensiblemet le regard que l’on a de la disparition du paganisme face au christianisme, durant la fin de l’Antiquité ou durant le Moyen Age.

Je suis naturellement disponible pour en discuter :-)

Dans les semaines qui viennent, je peaufinerai la rédaction et préparerai la conclusion. J’attendrai maintenant que tout soit terminé pour refaire une dernière annonce.

Evohé !

Daimonax Silène

http://www.bacchos.org

La Rédaction du Portique rappelle ce qu’elle en disait dans son numéro d’août 2004 :

- Daimonax, l’un des usagers du forum fr.lettres.langues-anciennes.grec, propose sur son site, www.bacchos.org/ de mettre en évidence l’origine orphico-dionysiaque de certaines cartes du Tarot de Marseille. On attend la suite avec le plus vif intérêt...Le fait est que , comme l’affirme lui-même Daimonax, si son interprétation est exacte, les rituels orphico-dionysiaques, tout du mois certains, sont aseez peu compatibles avec la morale juédo-chrétienne, telle que nous la vivons encore dans notre civilisation. Voir à ce sujet le fil "Liturgie dionysiaque", les réponses de Daimonax en particulier, sur le groupe fr.soc.histoire.antique . Le fil ne manque pas de références très intéressantes, relevées par les divers interlocuteurs du fil. A l’évidence, on a affaire à des spécialistes qui savent très bien de quoi ils parlent, fournissent des références littéraires et iconographiques précises, et ont analysé les documents à leur disposition.
- Splendide est son frère , le domaine http://www.bacchos.net/ : imaginez une ode et un exposé tout à la fois, sur Dionysos-Bacchos, en forme de choeur tragique antique. Le prologos, le parodos, et le premier stasimon sont écrits. L’auteur, Daimonax, nous promet le premier épisode pour bientôt...Vite que Dionysos le saisisse d’une frénésie orgiaque !