Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Édito > Laissez Ylenia vivre en France !

Laissez Ylenia vivre en France !

Des papiers pour Ylenia

vendredi 12 mai 2006, par Robin Delisle

Des mesures prises au plus haut niveau invitent les hauts fonctionnaires à expulser à tour de bras les étrangers en situation irrégulière. Certains cas emblématiques tant ils sont scandaleux, montrent pourtant combien il est peu sensé de procéder de manière systématique et donc, combien il est hautement préférable de procéder au cas par cas dans un domaine aussi sensible. La petite Ylenia en est le symbole. En théorie, elle doit quitter la France le 30 juin au plus tard.

Jeudi 10 mai, 12h00. Je viens de quitter mes latinistes de cinquième.
J’ai réussi à leur expliquer la morphologie du parfait, et puis...nous avons aussi dégusté deux patinas, des plats romains, que je leur ai demandé de préparer.

C’est l’heure du petit déjeuner et je me rends au Canastel, mon lieu de restauration habituel, ce jour-là. Machinalement, j’ouvre un journal qui traîne sur la table, le Parisien du 10 mai et feuillette les pages. Stupeur : en page 16, je reconnais un visage : la maman d’une adorable petite fille, que je connais bien : Ylenia.

En fait, il y a deux ans, à mon arrivée au collège Paul Bert, à Malakoff, j’ai fait la connaissance d’une institutrice qui enseignait dans l’école du même nom qui jouxte le collège : Claudine.

Nous avons tout de suite sympathisé, et comme son fils étudiait justement le latin avec moi au collège, nous en sommes venus à parler du grec et du latin. Je lui ai alors proposé un projet auquel elle a tout de suite adhéré : monter un petit spectacle avec sa classe de CE1 autour d’un héros grec fameux, Ajax, le fils de Télamon, le plus puissant des héros grecs après Achille pendant la guerre de Troie.

J’ai donc rencontré ses petits CE1, des enfants tout à fait charmants, et parmi eux, Ylenia. Nous sommes allés bien plus loin que prévu, puisque ces enfants ont appris à écrire en grec ancien, à chanter en latin et à représenter des saynètes dans un mélange de grec ancien et de français.

Je dois dire que j’ai tout de suite remarqué Ylenia, parce qu’elle a immédiatement été l’une des plus motivées, et aussi parce qu’elle a appris très vite. Chez moi, je conserve d’ailleurs une grande fresque où tous les enfants ont écrit leur nom ; celui d’Ylenia y figure en lettres grecques. Je me rappelle encore de deux grands yeux bleus scrutant chaque lettre grecque comme un signe cabalistique et mystérieux lors de mes venues dans la classe de Claudine.

Le savez vous ? Ylenia est venue au secours d’Ulysse : elle a été Ménélas appelant à l’aide Ajax. Elle a été aussi le divin Ménesthée, enjoignant Thoôtès d’appeler les deux Ajax au secours, parce que tout va mal :

« ἔρχεο δῖε Θοῶτα, θέων Αἴαντα κάλεσσον,
ἀμφοτέρω μὲν μᾶλλον »

Va divin Thoôtès, appelle dès que tu le vois Ajax, ou plutôt les deux.

En la circonstance, le jour du spectacle, j’ai eu la chance qu’Ylenia ait appris deux rôles : par sécurité, elle en avait doublé un, et cet effort supplémentaire a été crucial en permettant le remplacement d’un absent de dernière minute.

Je suis repectueux de la loi et n’appelle nullement à la transgresser, mais si elle est la source de la légalité, elle ne l’est pas pour autant de la légitimité. La justice, finalement, c’est une correction légitime des excès de la loi, je ne suis pas le premier à le dire, Aristote l’a énoncé avant moi dans l’Ethique à Nicomaque.

En fait, si je n’avais pas lu cet article dans le Parisien, j’aurais ignoré les origines roumaines d’Ylenia, pour la bonne raison qu’elle s’exprime dans un français impeccable. C’est une enfant dont la scolarité à venir est vraisemblablement très prometteuse.

Cette situation est tout simplement intolérable et ridicule. Je ne puis même pas dire qu’Ylenia est bien intégrée, non pour moi, Ylenia est française, tout simplement, et je ne sais pas si c’est légal, mais en tout cas c’est légitime.

La Rédaction du Portique en appelle au bon sens du préfet des Hauts de Seine et à l’intelligence du Ministre de l’Intérieur : laissez Ylenia vivre en France, s’il vous plaît. Ne renvoyez pas cette petite helléniste dans un pays qu’elle ne connaît guère et qui n’est désormais plus le sien, même si ses racines s’y trouvent.

La Rédaction n’a pas de Thoôtès sous la main, mais elle aimerait bien en avoir un :
Va divin Thootès, va chercher du secours pour sauver Ylenia

La Rédaction du Portique appelle donc solennellement ses lecteurs à signer la pétition qui figure avec cet article et à contacter par tous les moyens nos représentants nationaux et locaux afin de les convaincre du bien-fondé du maintien d’Ylenia en France.

Par ailleurs, une association de soutien à Ylenia s’est créée à Malakoff.

Ci-joint les documents de travail du projet gréco-latin auquel Ylenia a participé à raison de trois heures par semaine 6 mois durant, à l’école Paul Bert à Malakoff.

Ajax
Ajax, le spectacle. Saynètes jouées par Ylenia et ses camarades.

Détails du projet Ajax

Messages

  • J’espère que l’examen du dossier d’Ylenia se fera selon les règles du "cas par cas", que l’on ne manque pas de mentionner, dans ce contexte législatif.
    J’avoue qu’en tant que Roumaine (en situation régulière),il m’arrive de demander aux autres si je suis bien intégrée (et j’indique mon blog, par exemple), car je ne sais vraiment plus...

    Cordialement,

    Voir en ligne : Dans six mois-ROU et BG

  • Ylenia obitent enfin des papiers.

    L’école des Savoirs sur RFI, lui consacre une émission spéciale !

    Merci à tous ceux qui ont accepté de signer cette pétition !

    Voir en ligne : Ylénia, des papiers grâce à l’école

  • Bonjour,

    Je viens juste de prendre connaissance de votre article et je me réjouis de savoir que Ylenia est sortie d’affaire.
    Malheureusement il y a encore beaucoup d’enfants qui ne vont pas faire la rentrée scolaire. Je ne comprends pas comment une société peut faire de ses propres échecs (notamment évidemment sur les Droits de l’Homme) des arguments politiques d’exclusion. C’est grave, il y a là une forme de perversité du politique, de manipulation de la Démocratie et de l’Humain, qui est très préocupante. Je vois sur les médias des grandes messes où des gens médiocres deviennent soudains de grands leaders politiques parcequ’ils ont explusés des pauvres gens. Sommes nous si fragiles ? si facilement manipulables ? Tout cela réveille des souvenirs effrayants.
    Au delà des débats partisans, je suis très inquiet d’une telle démagogie, en tant que Papa d’un petit garçon de 9 ans, et en tant que citoyen bien sur.
    Michel Dupuy, Cinéaste