Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Humanités > Publications > Le dictionnaire de la langue à moi, Tome 2...

Le dictionnaire de la langue à moi, Tome 2...

mercredi 17 janvier 2007, par Robin Delisle

Dictionnaire humoristique soulignant avec bonne humeur les travers de notre société moderne...

Les définitions issues des Tomes 1 et 2 de l’auteur sont suffisamment évocatrices pour que la Rédaction du Portique se contente d’en recopier quelques unes...

1000 définitions, extraits :

académie française groupuscule ou club de personnes âgées qui s’occupent à définir des mots, tels que : merveilleux, féérie, travesti, jubilation ou jouir, sans jamais donner l’impression qu’elles les expérimentent elles-mêmes.
âme amie qui vit dans l’homme : certains n’ont pas d’amie.
amour il nous entame, mais l’entame, c’est le meilleur dans l’amour.
avenir petite cible en carton placée trop loin pour qu’on puisse vérifier quel sera notre score.
désir secrète férocité d’avant les gestes qui donne une place aux rêves et du corps à l’envie.
lévitation action de léviter sans pour autant éviter Bernard-Henri.
pierre tombale ne pas confondre avec une actrice bien coiffée, mariée à un philosophe de carrière !
été fantaisie d’herbes chaudes, de ciel outremer, de mer outreciel et de coccinelles aux seins nus.
pizza prescription de kilos en trop, parfois livrée à mobylette.
moucheron minuscule tâche noire en suspension, tantôt dans l’air, tantôt dans l’oeil.
peau lopin de cellules qui nous sont chair et qui recouvrent la totalité de notre domaine vivant.
solitude pièce non décorée et sans meuble où sa propre nudité tient lieu de papier peint.
sein douceur arrondie à bout de fraise sauvage emprisonnée dans un carcan barbelé de dentelle.

1000 définitions de plus, extraits :

xylophone lorsqu’un homme politique mange au restaurant chinois... Et que les baguettes rentrent en contact avec sa langue de bois.
cerfs-volants fragments de rêve tenus en laisse. On en a si peu qu’on y tient.
Ruquier Laurent avec sa petite coupe en brosse, il est à l’humour ce que le paillasson est à la tapisserie d’Aubusson...
Sarkophage mâchoire serrée, oeil luisant, dents de vampire, engoncés dans la profonde pyramide de l’ambition !
accordéon animal tout en souplesse ; il s’étire comme de la guimauve retenue par des bretelles. Il a les côtes flottantes, et roule du soufflet comme les mariolles dans les bals (ceux qui roulent des mécaniques) Ah, pour ça, il ne manque pas d’air !
habit peau en tissu dans laquelle on peut se donner un genre.
gouttelette goutte déjà, ce n’est pas énorme ! Quelle idée alors d’en inventer une encore plus petite ? On crée des besoins aux gens, et après ils en redemandent, si bien qu’un jour... on manquera d’eau.
envoyeur oeil sous enveloppe qui nous est envoyé par la poste. Si on n’a pas fermé son peignoir, on décachette, et hop, trop tard : on est vu.
natal(e) endroit où l’on est né ; né du ventre de sa mère et juste après, posé dessus. Comme sur une terre promise ! On peut dire alors Ma mère natale !
brouette japonaise utilisée au japon pour transporter une lascive, du salon à la chambre à coucher, comme on le ferait d’un jardin endormi et mis à nu.

(Jacques Dor ©Le dico de ma langue à moi -un soir ailleurs éditions)

On peut commander l’ouvrage sur le site de l’éditeur : un soir d’ailleurs mais aussi en ligne sur le site Amazon.

Jacques Dor