Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Éléments de langues latine et grecque > L’ENFANT DYSLEXIQUE ET LE LATIN

L’ENFANT DYSLEXIQUE ET LE LATIN

mercredi 17 janvier 2007, par Robin Delisle

Etudiante en orthophonie,Sophie Benedetti prépare actuellement un mémoire sur le latin et la pathologie dyslexique sous la direction de Paula Dei Cas, orthophoniste à Roubaix et enseignante à l’Institut d’orthophonie de Lille, et de Mr Caron, Professeur certifié lettres classiques.

L’étude porte plus spécifiquement sur l’enseignement du latin au collège .

Au travers d’un questionnaire elle espère obtenir des témoignages d’enseignants de lettres quant à la pathologie dyslexique, l’enseignement du latin aux élèves dyslexiques et/ou dysorthographiques.

Le questionnaire demeure anonyme.

La dyslexie

La dyslexie se définit comme un trouble spécifique, sévère et durable de l’acquisition et de l’automatisation du langage écrit chez un enfant d’intelligence normale, scolarisé et stimulé normalement, sans déficit sensoriel (comme par exemple une surdité) ou psychoaffectif.
Elle se caractérise d’abord par un retard du niveau de lecture de 2 ans par rapport à un enfant de même âge (ex : un enfant de 6ème qui a un niveau de lecture de CE2 peut être dyslexique). De plus, les processus d’identification des mots et de compréhension écrite sont affectés alors que la compréhension orale est bonne. Les erreurs produites par l’enfant dyslexique sont bien spécifiques et ne peuvent s’apparenter à des difficultés d’apprentissage globales.

On distingue plusieurs types de dyslexie suivant les erreurs commises :

- l’enfant peut avoir un trouble du déchiffrage ; aussi n’arrive-t-il pas à lire les mots nouveaux ; il commet beaucoup de confusions de sons (poule pour boule), d’inversions de la séquence de lettres (fitre pour frite), d’omissions ou d’ajouts de lettres (pote pour porte, arbruste pour arbuste).
- il peut avoir des difficultés à lire les mots irréguliers qu’il n’arrive pas à mémoriser et qu’il déchiffre phonétiquement (femme est lue feume) ; la lecture est alors lente et ânonnée .
- il peut également cumuler les deux types d’erreurs .
- il peut enfin avoir des difficultés avec les lettres qui se ressemblent dans l’espace ( par exemple p/b/d/q) et avoir des troubles d’attention associés.

Les enfants dyslexiques sont souvent aussi dysorthographiques . Les erreurs commises sont alors bien particulières avec fréquemment une mauvaise segmentation des mots (le d’ossié) et une inconstance des erreurs. Souvent ces erreurs vont dans le sens d’une complexification (ceaurbeau pour corbeau).

Questionnaire
Questions s’adressant aux enseignants de lettres en collège

Messages