Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Éléments de langues latine et grecque > Le Grec et le latin menacés d’anéantissement définitif !

Le Grec et le latin menacés d’anéantissement définitif !

lundi 14 mai 2007, par Robin Delisle

Au départ, il s’agit d’un simple rapport : Pierre Lunel, président de l’université Paris 8, nommé délégué interministériel à l’orientation le 13 septembre 2006 auprès du ministre de l’éducation nationale, Gilles de ROBIEN, du ministre délégué à l’enseignement supérieur, François GOULARD, et du ministre délégué à l’emploi au travail et à l’insertion professionnelle des jeunes, Gérard LARCHER, propose dans un rapport la mesure suivante :

« Mesure n° 1
La découverte professionnelle pour tous en classe de 3ème
Dans un souci d’égalité des chances, et sans que cela préjuge de l’orientation dans telle ou telle filière, l’enseignement optionnel de découverte professionnelle en classe de 3e est rendu obligatoire pour tous les élèves, à raison de deux heures obligatoires hebdomadaires en moyenne, sans augmenter le nombre d’heures obligatoires, à compter de la rentrée 2009.
Cet enseignement obligatoire de découverte professionnelle est un élément central du 7ème pilier du socle commun des connaissances et de compétences. Il prendra sa place dans la refonte des programmes.
Cette action, qui concernera 800 000 jeunes chaque année, mobilisera non seulement les services de l’éducation nationale, mais également les autres ministères en charge de la formation, le service public de l’emploi, ainsi que les entreprises, pour que cet enseignement se nourrisse de connaissances concrètes.
Dès maintenant, et pour préparer cette généralisation, les établissements qui n’offrent pas la découverte professionnelle en option sont invités à la mettre en place à la rentrée 2007. »

Quelles disciplines Pierre Lunel compte-t-il supprimer pour ne pas ajouter deux heures dans l’emploi du temps des élèves de 3ème ? Ce qui paraît bien plus vraisemblable, c’est que ces heures viennent s’ajouter aux horaires déjà chargés des classes de 3ème, et surtout, empêchent ces derniers de poursuivre les options latin et grec !

Ce-faisant, c’est bien sûr la certitude assurée d’[vert fonce]éradiquer complètement le latin et le grec au lycée[/vert fonce] puisqu’un chaînon serait alors manquant.

Monsieur Lunel ne manque pas d’air, et son misérable argument pour tenter de détruire les derniers feux de la culture au collège ne trompera personne : dans un souci d’égalité des chances écrit-il. De qui se moque-t-il ? Le souci d’égalité c’est de donner à tous accès à une culture solide.

Par ailleurs, outre le grec et le latin, dans un tel cas de figure, toute autre forme d’enseignement optionnel serait définitivement condamnée.

Il va de soi que le collège n’a pas vocation à se transformer en voie professionnelle : il existe un enseignement professionnel de qualité en France ainsi que des Centre de Formation pour les Apprentis. Il y a une idéologie extrêmement nuisible qui sourd dans ce projet qui doit être combattu avec vigueur et sans répit.

Messages

  • C’est en effet extrêmement préoccupant ! Une fois encore le latin et le grec se trouvent mis en concurrence avec une option qui ne donnera certes guère de travail aux élèves, qui les poussera le plus vite possible vers la voie professionnelle et qui les privera ipso facto d’un accès à cette culture qui leur manque tant.
    J’ai pourtant pu constater tout récemment que les jeunes qui ont découvert la langue et la culture grecque et latine sont capables de nous présenter d’excellents exposés, de nous offrir de magnifiques spectacles, de témoigner du plaisir qu’ils ont éprouvé à la rencontre de cette civilisation.
    Il faut garder espoir. Je ne puis croire que personne ne s’opposera énergiquement à ce gâchis, et pas seulement les professeurs de lettres classiques. La découverte de l’Antiquité, quoi qu’on en dise, trouve encore des adeptes, des passionnés qui refuseront de voir tout ce patrimoine culturel définitivement mis au rebut !

    Voir en ligne : http://avemagister.over-blog.com/ar...

  • Bonjour,

    Je reviens sur cet article auquel j’avais répondu voici un mois déjà. J’ai discuté récemment de ce sujet avec un collègue d’histoire-géo qui a pris en charge l’option ODP dans notre collège cette année avec deux autres collègues. Il me disait que lors d’une réunion avec l’inspecteur d’académie du 49 cette question avait été abordée. L’inspecteur lui a répondu qu’il n’y était absolument pas favorable, comme d’ailleurs la plupart de ses collègues, pour la raison suivante : si l’ODP devait devenir une option obligatoire, cela supposerait des professeurs qualifiés pour l’enseigner, donc la création d’un C.A.P.E.S. éventuellement d’une agrégation, et il ne voyait pas la chose se faire...
    Peut-être une nouvelle raison d’espérer...
    C.Sorin