Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Édito > Démocrate ? Vous avez dit démocrate ?

Démocrate ? Vous avez dit démocrate ?

lundi 22 octobre 2007, par Robin Delisle

Ce que nous enseigne l’étymologie et la langue grecques à propos de la Démocratie...

Dèmos (Δῆμος) en grec ancien, cela signifie à l’origine la terre habitée par un peuple ou encore, la part de territoire appartenant à une communauté. Homère écrit au vers 103 du livre I de l’Odyssée Ἰθάκης ἐνὶ δήμῳ, que l’on peut traduire par « sur la terre d’Ithaque ».

Mais ce sens n’est bien sûr pas le seul : toujours chez le même Homère, mais aussi chez Eschyle, le premier dramaturge grecque, on trouve ce mot dans le sens de population d’un pays. Ainsi, Eschyle, au vers 732 des Perses, évoquant l’écrasante défaite des Perses écrit Βάκτριων ἔρρει πανώλης δῆμος : le peuple des Bactriens périt, entièrement détruit.

Vient une troisième acception du mot : Thucydide, l’historien grec, l’oppose souvent à οἱ δυνατοί l(es puissants).

Et ce n’est pas tout, dans la même veine, s’il s’agit d’un état démocratique, c’est au tour d’Aristote, cette fois, d’opposer Δῆμος le peuple à ὀλιγαρχία (oligarchie) le gouvernement du petit nombre.

Mais voilà, le champ sémantique du mot s’est encore étendu, au point que dans la Rome décadente, sous l’Empire, δῆμος désigne désormais une faction du cirque.

κράτέω (kratéô) en grec ancien signifie simplement je l’emporte sur, je domine, je suis le plus puissant. Mais, le nom κράτος (kratos) évoque plus prosaïquement la vigueur, la robustesse, la solidité et la fermeté dans sa toute première acception.

Il existe un autre mot pour désigner le peuple, en grec, c’est le mot λαός (laos) mais, il est utilisé pour parler d’une foule, d’un multitude, et même précisément, en un premier sens, d’une foule confuse, s’opposant, écrit Anatole Bailly dans le dictionnaire du même nom, à Δῆμος, compris comme une agglomération politique.

Il me semble que tout individu ou mouvement qui se réclamerait directement de la démocratie devrait avoir présentes à l’esprit ces origines-là, car elles condensent à la fois la substance et les problématiques, si ce n’est les ambiguïtés, de la démocratie et l’essence de ce qui est démocrate.