Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Échanger > EFiGiES : programme des ateliers genre et sexualité

EFiGiES : programme des ateliers genre et sexualité

lundi 19 novembre 2007, par Robin Delisle

Créée en 2003, EFiGiES (Association de Jeunes Chercheuses et Chercheurs en Études Féministes, Genre et Sexualités) est une association qui vise à créer de la solidarité entre étudiant-e-s, doctorant-e-s et jeunes chercheur-e-s en études féministes, genre et sexualités à travers une mise en commun de savoirs et d’informations.

Atelier
« Genre, sexe, sexualité dans les mondes grec et romain »

Programme de l’année 2007/2008

L’atelier est ouvert à celles et ceux qui souhaiteraient communiquer leurs travaux ou leurs réflexions, aux hellénistes, latinistes, historiens, anthropologues, juristes, littéraires que leurs réflexions orientent vers l’Antiquité. Il est conçu pour être un espace de dialogues, d’échanges, d’enrichissements. L’entrée est libre.

Lieu des ateliers : Maison des Initiatives Etudiantes (MIE), 50 rue des Tournelles, 75003 Paris (métro Bastille, Bréguet Sabin ou Chemin-Vert).
Horaire : un samedi par mois, de 14h à 16h.

• samedi 1er décembre 2007
Thierry ELOI (Université de Perpignan)
« Genres et plaisirs du corps à Rome »

• samedi 12 janvier 2008
Rostom MESLI (Université Paris XII)
« L’acteur et le gladiateur : significations d’une interdiction morale »

• samedi 2 février 2008
Violaine SEBILLOTTE CUCHET (Université de Paris I)
« Artémisia d’Halicarnasse et les questions de genre »

• samedi 1er mars 2008
Adeline ADAM (Université Strasbourg II)
« Genre et pouvoir dans les Annales de Tacite : le cas de Séjan »

• samedi 5 avril 2008
Marella NAPPI (EHESS)
« Inversions du genre dans les discours de l’Iliade »

• samedi 3 mai 2008
Charles DELATTRE (Université Paris X)
« Le sperme dans l’outre : une matrice pour la procréation ? »

Présentation générale :

Les études sur le genre, sur le sexe, sur la sexualité montrent, depuis plusieurs années, la richesse de leurs apports dans des disciplines très diverses. Les études anciennes ont toujours, en France comme ailleurs, joué un rôle important dans ce champ de recherche. Des pionnières et des pionniers devenus illustres ont, autrefois, scruté l’Antiquité à la lumière des outils que forgeaient l’histoire des femmes, l’histoire des hommes, l’histoire des constructions des identités de genre : ils ont, ce faisant, écrit des pages essentielles de l’histoire de l’Antiquité ; ils ont, dans le même temps, notablement contribué à l’histoire du genre. Du côté de la sexualité, comment ne pas citer le geste de Michel Foucault dont l’archéologie remonta jusqu’à l’Antiquité gréco-romaine pour comprendre ce qu’il appela le dispositif de la sexualité ?

Si de longues années ont ensuite été occupées par de faux débats, la recherche française est, depuis quelques années, enfin passée à une nouvelle phase : celle où le genre peut être utilisé comme un outil heuristique, avec ses avantages, avec ses inconvénients, un outil parfois fécond, un outil parfois insuffisant. Les Antiquisants s’inscrivent déjà pleinement dans cette nouvelle phase : trop souvent disséminé-e-s ici et là, des étudiant-e-s, des chercheur-e-s travaillent sur les problématiques liées au genre, au sexe, à la sexualité ; des étudiant-e-s ou des chercheur-e-s, trop souvent dispersé-e-s eux-elles aussi, travaillent sur des problématiques qui ne sont pas directement inscrites dans l’histoire du genre, du sexe ou de la sexualité, mais ont recours, parfois ponctuellement, parfois plus durablement, aux outils forgés par ces études.

Le fait qu’il y ait peu de structure destinée à rassembler ces hellénistes ou ces latinistes fait obstacle à la mise en commun des questions que certain-e-s se posent, et prive chacun des éléments de réponses que les autres pourraient peut-être y apporter. Pour d’autres périodes ou pour d’autres problématiques, l’association EFiGiES rassemble et fait communiquer, depuis plusieurs années maintenant, des chercheuses et des chercheurs, des étudiantes et des étudiants venu-e-s d’universités ou d’institutions diverses, mais travaillant sur des problématiques liées à l’histoire du genre, du sexe ou de la sexualité. Il nous a par conséquent semblé intéressant de créer, au sein de l’association EFiGiES, un atelier spécifiquement consacré à l’Antiquité, afin d’y rassembler et d’y faire communiquer les enseignant-e-s et/ou étudiant-e-s dont les recherches portent sur – ou touchent de près ou de loin – aux question de genre, de sexe ou de sexualité.

Contacts :
Sandra Boehringer : sandra.boehringer@wanadoo.fr
Rostom Mesli : mesli.rostom@gmail.com
Maxime Pierre : maxime.pierre@unige.it