Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Humanités > Construire à Lutèce

Construire à Lutèce

vendredi 8 février 2008

Comment construisait-on à l’époque romaine à Lutèce du Ier au IVe siècle ap. J.-C. ? L’exposition répond à cette question et montre l’importance architecturale d’une cité au destin capital. Tous les aspects de l’art de bâtir et de décorer sont évoqués, depuis les matériaux bruts jusqu’aux vestiges de constructions découvertes dans le sous-sol parisien. Photographies, dessins et objets se complètent pour livrer les détails qui plongent le visiteur dans les secrets de l’architecture antique.

Deux études récentes sont à l’origine de cette exposition. L’une consacrée aux matériaux de constructions comme la pierre ou le plâtre, a montré les particularités du système d’exploitation des ressources naturelles de la ville gallo-romaine. Les différents matériaux sont expliqués en fonction de leur provenance puis de leur transformation et de leur mise en œuvre : des bas-reliefs d’époque romaine illustrent ainsi le travail des artisans.
Une autre étude recense et analyse toutes les peintures murales antiques de Lutèce mises au jour dans les fouilles de la Montagne Sainte-Geneviève. Ces décors, ultime finition des bâtiments, sont présentés dans toute leur diversité, à travers les différentes étapes et techniques de réalisation, ainsi que par les thèmes décoratifs caractéristiques de la peinture de Lutèce.
Une vue inédite de Paris restituée à l’époque gallo-romaine permet de comprendre où se situaient les carrières aujourd’hui enfouies et les grands monuments en partie disparus (thermes, arènes et aqueduc). Un gros plan sur les maisons de Lutèce permet de découvrir des habitations simples et fonctionnelles, avec des pièces souterraines importantes.

Ainsi, « Construire à Lutèce » dessine une ville de Gaule du Nord encore modeste mais déjà favorisée par sa situation unique au croisement d’axes commerciaux. L’architecture de Lutèce illustre la synthèse entre les traditions gauloises en général, les modes et techniques venues d’Italie et les spécificités des richesses du sous-sol parisien.


Voir en ligne : Crypte archéologique de Notre Dame de Paris