Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Édito > Bip Bip et Vil Coyote ou la déchéance de l’homo faber...

Bip Bip et Vil Coyote ou la déchéance de l’homo faber...

dimanche 8 mai 2005, par Robin Delisle

La chaîne télévisée Boomerangdiffuse la série « culte » Bip Bip et Vil Coyote.

Bip Bip est une sorte de volatile aussi rapide que vif et facétieux. Vil Coyote, comme son nom l’indique, est bien un représentant de l’illustre espèce des canis latrans .
Vil Coyote n’aspire qu’à un et unique objectif, vers lequel tendent toutes les ressources de son esprit : attraper Bip Bip et en faire son repas.

L’animal déploie des trésors d’inventivité, toujours plus imaginatif et créatif pour tendre des pièges, faire des calculs complexes ou mettre au point machines et dispositifs sophistiqués. Et de sucroît, il ne se décourage jamais, tendu vers son but comme une asymptote vers sa droite...
Hélas, les lois de la physique cessent de valoir au passage de Bip Bip pour reprendre toute leur puissance à celui de Vil Coyote. De là d’innombrables chocs et chutes plus violents les uns que les autres.

Ce « cartoon » est éminemment paradoxal. Bip Bip , au final, n’est qu’une coquille vide dont l’énergie se déploie essentiellement en courses incessantes. Pas de créativité, pas d’imagination, pas de pensées. Un volatile, en somme...
Il y a pourtant une volonté du scénariste de donner une tonalité savante à sa création : les noms des deux protagonistes apparaissent souvent en début ou enfin d’animation, latinisés, avec une intention évidente d’apposer le sceau de la science, et derrière du latin, comme garantie définitive du statut des deux petites bêtes.

Comment ce salut à l’esprit et à la culture peut-il s’accompagner d’une telle défaite de l’intelligence et de la ténacité, voilà qui laisse perplexe l’homme de lettres, car enfin, notre Vil Coyote est digne des plus grands héros romains par les qualités morales qu’il met en oeuvre...

Messages