Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Humanités > Portraits et entretiens > Entretien avec Dominique Ehrhard

Entretien avec Dominique Ehrhard

lundi 9 mai 2005, par Robin Delisle

Dominique Ehrhard, votre parcours est pour le moins atypique, car vous êtes peintre, diplômé d’arts plastiques de l’Université de Strasbourg, et vous voilà désormais l’un des canons de la ludographie idéale. Pouvez-vous nous expliquer comment le peintre se fait concepteur de jeux ?

Voici une question que l’on me pose souvent et à laquelle j’ai toujours autant de mal à répondre ! Le musée de la carte à jouer d’Issy les Moulineaux m’a organisé récemment une exposition présentant en parallèle mon activité de peintre et de créateur de jeux. Cela a été l’occasion de réfléchir avec les organisateurs aux rapports qu’entretiennent pour moi ces deux domaines qui semblent à priori très éloignés. Mettons que s’il semble difficile de détecter une influence évidente de l’activité picturale sur celle ce concepteur de jeu. L’inverse me semble plus pertinent. A ceux qui connaissent bien mon œuvre il apparaît finalement assez évident que de nombreuses caractéristiques de mes peintures sont de l’ordre du ludique même s’ils sont loin d’être les seuls : participation du spectateur, images énigmes ou rébus, combinatoires multiples. Un autre rapprochement correspond à la façon même dont sont conçues mes peintures, à partir d’une démarche très oulipienne de l’ordre de la contrainte et de la règle de jeu. En somme, curieusement, c’est l’activité que je considère comme un loisir qui influencerait mon activité principale : en somme un peintre "qui se la joue" !

Nombre de vos créations font référence à l’Antiquité (Odysseus alias la Fureur des dieux, Méditerrannée), et si je puis me permettre, l’un de vos derniers jeux Broc-Troc, tourne autour de la brocante et des collections d’antiquités. On serait assez tenté de dire que vous aimez fouiller le passé...Pouvez-vous nous expliquer votre goût pour une certaine forme de classicisme ? Est-ce que cela rejoint votre sensibilité artistique ?

Au risque de vous décevoir si on essaie de recenser des thèmes récurrents dans la quarantaine de jeux édités je ne pense pas que l’antiquité soit un sujet que l’on retrouve si souvent. Peut être plutôt l’Italie, la mer, le voyage. Par ailleurs le rapport très fort que j’établis dans mes toiles avec l’architecture antique se fait par la médiation de la Renaissance (encore l’Italie !). Ce qui me passionne se sont toujours les formes d’arts dérivées, secondes supposant une relecture d’un état premier.
Je vais quand même vous livrer un "scoop" : je devrais bientôt sortir un jeu qui s’appellera Iliade., devenant ainsi sans conteste possible l’auteur officiel de l’Iliade et l’Odyssée !

Pouvez-vous, par exemple, nous expliquer toute la genèse d’Odysseus ?

Comme souvent ce jeu est né d’une idée visuelle, celle d’un plateau avec un pion unique que tous les joueurs pourraient déplacer. Cette image de joueurs "géants" penchés sur un plateau avec un petit pion qu’ils trimballent au gré de leurs envies m’a immédiatement fait penser à Ulysse ballotté au gré des événements et de la volonté des dieux. Image évidemment renforcée par cette idée de voyageur perdu et solitaire qu’évoque pour moi Ulysse. Vous remarquerez par contre que les différents personnages qu’il rencontre dans le jeu n’ont pas de caractéristiques particulières. Si j’avais voulu vraiment me pencher sur la mythologie je pense que j’aurais beaucoup plus insisté sur l’individualisation et la richesse de ces rencontres. Ce sera peut être l’objet d’un prochain jeu.


Vous passez aisément d’un genre artistique à l’autre. On peut vous voir comme un Protée moderne. Que pensez-vous de cette image ? La recevez-vous ou la repoussez-vous ?

Méfiez vous, vous n’ignorez pas que Protée cherchait à se dérober aux questions qu’on lui posait et que seule la ruse ou la force pouvaient l’y contraindre !
Plus sérieusement il se trouve que je m’ennuie assez vite, et préfère garder intact le désir de création passant ainsi de la peinture aux jeux, des jeux aux livres... J’y retrouve à chaque fois une envie et une énergie de créer intactes. Par ailleurs par rapport à cette idée protéiforme il est vrai que je n’ai jamais d’idée préconçue au départ sur la forme que prendra une idée, ce pourra être un dessin, une peinture, un jeu...On rejoint peut être là votre question de départ...

Messages

  • Passionné un temps par les jeux vidéo reconstituant des univers complexes et crédibles, je garde un souvenir ébloui d’Odysseus. Je me souviens de la précision et de l’exactitude de l’évocation des grands personnages de la mythologie grecque. Je m’étais demandé comment un informaticien capable de créer un tel jeu donc très "spécialisé" pouvait en même temps se montrer si fidèle aux mythes de l’antiquité qui sont d’un autre domaine. Je comprends maintenant : l’auteur de ce jeu est un artiste complet !
    Merci et vive les "magiciens"

  • Passionné un temps par les jeux vidéo reconstituant des univers complexes et crédibles, je garde un souvenir ébloui d’Odysseus. Je me souviens de la précision et de l’exactitude de l’évocation des grands personnages de la mythologie grecque. Je m’étais demandé comment un informaticien capable de créer un tel jeu pouvait en même temps se montrer si fidèle aux mythes de l’antiquité. Je comprends maintenant : l’auteur de ce jeu est un artiste complet !
    Bravo !