Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Édito > France 3, Valérie Benaïm et la langue latine

France 3, Valérie Benaïm et la langue latine

vendredi 9 septembre 2005, par Robin Delisle

Les concepteurs de « Jules et les filles », n’ont pas jugé inutile de jeter un oeil sur un dictionnaire de latin pour présenter l’animatrice phare de leur nouvelle émission.

Feuilletant les pages, ils trouvent ainsi que Valérie vient de valere, bien se porter, être vigoureux, et par un heureux retour, glissant très vite de l’astrologie à la mythologie, que le nom Virgo (la Vierge dans le zodiaque) signifie aussi la Vestale.

http://perso.wanadoo.fr/prima.elementa/Dico.htm

Il faut se réjouir que ce soit une chaîne télévisée, dans une émission de divertissement, de surcroît, qui transmette la flamme : d’ailleurs, n’était-ce justement pas le rôle des Vestales, que de l’entretenir ?
Alors bravo, Jules et les filles, et vale, Valérie...et...au fait : Jules, ça vient du latin aussi : Julius que les Romains écrivaient plutôt Iulius, voire même IVLIVS. Julius, c’est bien sûr Julius Caesar, qui tient son nom du fils d’Enée, Iule. Enée étant le fils de Vénus, Jules Cesar se déclarait le descendant d’une déesse.

Page de présentation de Valérie Benaïm sur France 3

Messages

  • Face à l’immensité que peut apporter l’apprentissage du grec et du latin que vaut donc cette amusante référence ? Doit-on s’évanouir de bonheur en voyant que des spécialistes de la légèreté inutile ont daigné ouvrir un dictionnaire étymologique ? Est-ce vraiment une victoire des témoins du vrai, du beau et du durable sur les défenseurs de la ménagère de moins de 50 ans ? Est-ce vraiment une avancée des tenants de l’effort contre ceux d’une jouissance (supposée), immédiate ? Ne ferait-on pas mieux de laisser de côté ces grotesques fariboles- même pour se gausser de l’Education Nationale- et se concentrer encore plus sur cette petite minorité qui lutte en solitaire pour vivent encore un peu, dans leurs langues qui plus est, les penseurs de l’antiquité qui ont tant de choses à nous apporter à nous qui nous croyons, ô sots ! , plus en avance qu’eux sous prétexte que nous sommes au 21° siècle !

    François Rouget

    • Cher François,

      Je ne suis pas d’accord avec vous sur un point qui me semble essentiel : la civilisation gréco-latine imprègne notre civilisation dans tous ses aspects.
      Qu’une émission s’en souvienne, je ne puis que m’en réjouir. Et, à l’instant où je vous écris, je viens d’écouter la chronique de Ruth Elkrief, dans cette même émission, consacrée aux Muses et à Homère. C’est tout de même formidable qu’une émission grand public fasse ce choix, a fortiori un mercredi après-midi, jour de forte audience.
      Le divertissement et les humanités ne sont pas contradictoires : je ne regarderai pas de si haut ces fariboles qui ont le mérite d’exister. Il n’est pas si fréquent d’entendre parler d’Homère et des Muses dans une émission de divertissement...
      Cordialement à vous
      Robin

    • Cher Robin,

      Sans doute avez-vous raison : je me suis peut-être laissé emporter par une réaction un peu trop excessive. Mais pour qui connaît les ravages que le virus « simplex » a fait dans les arts et la culture d’aujourd’hui (quand on sait par exemple ce que peut être la musique et qu’on entend ce qui se présente sous ce vocable aujourd’hui, on ne peut être que terrorisé par ce virus) il peut paraître à priori inquiétant de voir tant de richesses manipulées dans de telles émissions. Il faudrait être certain que tout le monde a vraiment à y gagner quelque chose et que la caricature n’appauvrisse ni les Muses ni Homère ni ceux qui en entendraient parler dans ces conditions. Mais sans doute ais-je là une crainte infondée.

      Encore merci pour tout.
      Bien cordialement

      F.R