Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Humanités > Portraits et entretiens > Maxence, 14 ans, champion de lutte gréco-romaine et helléniste

Maxence, 14 ans, champion de lutte gréco-romaine et helléniste

jeudi 9 février 2006, par Robin Delisle

Maxence, vous êtes un jeune helléniste de 14 ans, élève de Mireille de Biasi, helléniste émérite, et vous avez une spécificité tout à fait unique en France : vous êtes le champion de France minimes de lutte gréco-romaine ! Vous avez accepté de répondre aux questions du Portique, et la rédaction vous en remercie.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste la lutte gréco-romaine ? Quelle est sa spécificité par rapport aux autres arts martiaux ?

La lutte GRECO ROMAINE consiste comme la lutte libre à enchaîner des prises valant un certains nombres de points chacune. Le but est de mettre l’ adversaire sur les deux epaules. On peut ainsi gagner automatiquement le match même si on perd aux points(il est sinon possible de gagner grâce à la différence de points). Jusque là, pas de différence avec la lutte dite libre ; cette dernière se situe dans le fait que la lutte libre permet les attaque aux jambes ce qui est absolument interdit en greco romaine ( au bout de deux avertissement on écope de points de pénalité ).

Les coup sont interdits également ; au pire les petites claque sont tolerées mais pas plus ce qui donne lieu à des affrontement où les lutteurs se servent beaucoup plus de leur force que lors de matchs de lutte libre.

La lutte libre est t un sport baucoup plus rapide, composé de baucoup plus de mouvements que la gréco-romaine où les attaques ne descendent pas en dessous de la ceinture.
Cependant, certains lutteurs greco-romains sont aussi techniques que les lutteurs libres : Karim Abder, un égyptien illustre très bien mon propos : c’est le dernier champion olympique, qui a particulièrement brillé à Athènes.

Plus connu encore dans le monde de la lutte, Alexander Karelin, un russe qui a explosé tous les recordset battu tous ses adversaires comme s’ils étaient des débutants.

La lutte gréco-romaine telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui est-elle similaire à celle qu’on pratiquait dans l’Antiquité ? S’il y a des différences, lesquelles ? Les noms que l’on donne aux prises sont-ils d’origine grecque ?

Non, pas entièrement : elle a baucoup evolué en traversant peuples et continents... dans l’Antiquité les Grecs étaient les seuls à pratiquer ce sport. Puis, les invasions et les expatriations l’ont développée ailleurs. En Mongolie, par exemple ce qui a donné la lutte mongole.
Les Russes en sont même devenus les spécialistes.
Ainsi la lutte a changé puisque tout en gardant les bases grecques, elle a evolué avec les cultures de tous les pays du monde.

La lutte a ainsi changé par le brassage de toutes les cultures. Les noms, eux aussi, ont changé, bien que grecs à l’origine.

La lutte est l’un des arts les plus anciens puisqu’elle est attestée sur des hiéroglyphes égyptiens : quel sentiment éprouvez-vous, quand vous réalisez que chacune de vos prises porte plus de 3000 d’histoire ?

Un mélange de fierte et d’ humilité puisque certaine prise sont si complexes que certains spécialistes ne les maîtrisent pas à fond malgré l’entraînement quotidien auquel ils se soumettent : ce qui prouve bien l’ingeniosité de ces lutteurs antiques...

Quelles relations établissez-vous entre votre pratique martiale et vos études en grec ancien ? Qu’apporte à votre avis un art aussi ancien que la lutte à un helléniste, dans sa vie de tous les jours ? Y reconnaissez-vous le germe des sagesses antiques ?

On sent que les Grecs, qui faisaient la guerre souvent, à travers ce sport, entretenaient aussi leur forme, leur masse musculaire, leurs reflexes etc ...elle apporte avant tout de la maîtrise bien sûr, comme tout les sports d’endurance. Il y a un développement musculaire qui est propre à la lutte.
Mais il y a aussi un developpement des reflexes et du sens tactique.

On y trouve les germe de la sagesse antique : l preuve en est que les philosophes et autres sages grecs en étaient de fervents adeptes . ils ont de surcroît contribué à sa création en instituant ses règles et sa philosophie.

Nous faisons enfin appel à l’expert que vous êtes : dans l’Iliade d’Homère, pendant les jeux funèbres donnés en l’honneur de Patrocle, Ajax et Ulysse combattent l’un contre l’autre à la lutte. Ils n’ont pas le même gabarit, et corollairement , pas le même choix tactique. Pouvez-nous nous commenter ce combat et nous dire ce que vous en pensez d’un point de vue technique.

Il serait long de commenter le duel entre Ajax Ulysse mais je peux cependant déjà vous dire pourquoi Ulysse et Ajax ne luttent pas de la même manière : cela tient au du fait que Ulysse n’est pas assez puissant physiquement pour battre Ajax de la même façon que ce dernier.

Note de la Rédaction : Maxence réfléchit à ce passage d’Homère et a promis à la Rédaction du Portique une analyse plus détaillée. La Rédaction, et sans doute ses lecteurs, l’attendent avec le plus vif intérêt.

Messages