Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Humanités > Portraits et entretiens > Franck Covat dans le sillage d’Ulysse

Franck Covat dans le sillage d’Ulysse

Odyssée 2006 : des skippers affrontent Eole et Poséïdon

dimanche 18 décembre 2005, par Robin Delisle

Franck Covat est une figure connue du monde nautique. Ses initiatives originales étonnent autant qu’elles détonent par leur singularité.

A l’origine d’un périple à venir sans précédent, il a décidé de suivre le chemin d’Ulysse du 25 juin au 08 juillet 2006, entraînant dans son sillage pas moins de 30 navires et de 60 marins.

Il a accordé un entretien à la rédaction du Portique.

Franck Covat, vous êtes un marin expérimenté et reconnu. Vous avez créé l’association l’Odyssée d’Ulysse : pouvez-vous expliquer à nos lecteurs quel est son objet ?

Promouvoir la voile en méditérranée, protection du patrimoine maritime méditérranéen, sensibilisation des citoyens du monde au devenir de notre planète.
Parmi mes créations :

  • les Voiles d’Antibes devenues en dix ans le rendez-vous des plus beaux voiliers d’époque du printemps méditérraneen (hommage au patrimoine maritime)
  • le trophée Gilbert Pasqui
    Hommage à la charpenterie marine à travers Gilbert Pasqui, reconnu l’un des plus grands charpentiers de marine d’Europe, et à l’artisanat lié à la mer
  • l’ Odyssee d’Ulysse(pléonasme) en
    Hommage à l’aventure humaine, au dépassement de soi-même à travers la légende d’ Homère.
  • Voyage pédagogique avec des enfants en difficulté pour de nouveaux horizons.

La mer reste la plus vraie des écoles face à nos responsabilités et à notre vie en société. Elle nous apprend à être nous même et à rester humble face à son immensité, à sa puissance et sa plénitude

  • bateau théâtre : le théâtre sur la mer "l’Odyssée d’Hélas", une pièce de jean marc weber
  • les jeudis du Brésil durant l’année du Brésil en France :
    régates et soirées brésiliennes au profit des enfants du Brésil

Vous êtes très polyvalent : marin, mais aussi sinon comédien, du moins amateur de dramaturgie : vous avez organisé il y a peu une Odyssée Théâtre sur une goélette au mois de juin 2005 : pouvez-vous nous dire pratiquement comment vous avez réalisé cette bien peu commune équipée marine ?

Je suis marin mais aussi comédien amateur, il était tout naturel qu’un jour me vienne l’idée de représenter du théâtre sur un bateau. D’ailleurs j’avais déjà joué il y a quelques années une pièce de JM Ribes, "bataille navale", sur un radeau dans le port d’Antibes. La réalisation de notre équipée marine a été rendue possible par la rencontre de plusieurs personnes : un marin, un auteur, un metteur en scène et des comédiens. En juillet 2004, au cours d’un voyage pédagogique en Tunisie en compagnie de Jean-Marc Weber qui est l’auteur de la pièce écrite spécialement pour le bateau, nous nous sommes mis à imaginer ce que donnerait un spectacle sur le pont du Turkish Delight. La pièce fut écrite par Jean Marc dans les mois suivants et nous nous sommes mis au travail pour une première tournée dans les ports des Alpes Maritimes.
Nous avons bénéficié du concours de la CCI- Côte d’Azur qui nous a ouvert ses ports et de la direction départementale des Offices du tourisme pour la com’. Et puis il a fallu apprendre très vite : à sonoriser un spectacle, à l’éclairer ( nous avons joué de nuit à Cannes le 2 octobre 2005 ), à en faire la promotion, à rester concentré malgré le survol aérien d’Antibes... Côté financement, nous nous sommes totalement auto produits.
Nous l’avions rêvé et 10 mois après nous étions prêts devant le public des Voiles d’Antibes pour la soirée de clôture .

Il y a là la volonté d’allier mes deux passions : théâtre et mer pour que les ports de plaisance ne soit plus des "dortoirs éteints"ou hibernent les yachts et leurs équipages, mais un lieu d’échanges d’aventure , de culture et de récits de mer comme autrefois....

Sur les Traces d’Ulysse est certainement un couronnement pour vous : quelles proximités établissez-vous entre Ulysse et vous ? Voyez-vous en Ulysse l’ancêtre de tous les marins au long cours ?

Le rapprochement avec Ulysse me paraît plutôt flatteur quand on voit la carrière du roi d’Ithaque. Néanmoins on peut toujours trouver certaines concordances, notamment en lien avec le théâtre. Ulysse n’est-il pas un aède lorsqu’il raconte son histoire dans la demeure du roi des Phéaciens, Alkinoos ? N’est-il pas comédien quand il endosse un costume de mendiant pour rentrer chez lui ? N’est-il pas metteur en scène lorsqu’il organise le terrible châtiment des prétendants de Pénélope ?
A l’époque d’Ulysse, les Grecs n’ont pas encore inventé le théâtre. Mais nul doute que dans le cas contraire, Ulysse aurait pu y exprimer ses talents. N’oublions pas que, en inventant le théâtre, les Grecs trouvaient là un dérivatif aux tragédies de la réalité ( notamment les guerres ), des tragédies qu’on a estimé préférable de représenter sur scène plutôt que dans la vie réelle. En fait de couronnement, loin de marcher sur ses traces, j’interprète sur scène le personnage d’un mortel, Hélas, qui est un peu l’opposé d’Ulysse. Naïf, affamé et plutôt mendiant que roi, ce mortel va subir l’influence de Zeus qui cherche à en faire un " héros de légende " dans le but de se divertir à ses dépens. On peut dire que si mes aventures dans la vie faisaient que je me prenne pour un Ulysse des temps modernes, la pièce de Jean-Marc aurait tôt fait de me ramener sur terre

Personnellement je crois qu’Ulysse est devenu marin au long cours par nécessité. Aujourd’hui il irait envahir Troie en flotte aéroportée comme tout le monde. A la différence des marins d’aujourd’hui, il n’a pas pris la mer par plaisir. D’ailleurs quand il est en mer, à aucun moment on n’imagine le plaisir qu’il en retire. On est à une époque où l’on ne brave pas les éléments par plaisir.

Comment pensez-vous que les concurrents perçoivent la perspective de naviguer dans le sillage d’Ulysse, 3000 ans après lui ? Quels premiers échos avez-vous recueillis ?

Etonnamment comme avec les enfants que nous avons amenés dans nos voyages pedagogiques, les marins d’aujourd’hui ont le coeur gravé du nom d’Ulysse. Bien qu’ils ne connaissent pas en détail les différentes versions de l’Odyssée (victor Berard ou Tim Severin) , ils sont trés sensibles à ce périple.
Comme notre héros ils ont dû affronter les colères d’Eole et Poseidon dans leurs différentes navigations autour du monde.
Comme lui ils ont dans les yeux cet éclat d’aventure . Comme lui , ils se sont sentis vulnérables et petits devant la puissance de la nature mais ils savent aussi comment se recueillir devant l’horizon bleu à perte de vue .
Cette étincelle qui illumine leur regard après chaque traversée est restée la même au fil du temps, et même si Ulysse n’est plus qu’une légende, cette lumière continuera de briller. Ils savent que l’on ne combat pas la mer , on l’épouse...

Les dieux de la légende sont les obstacles que tout homme doit affronter avant de trouver son chemin vers ce à quoi il tend : la gloire , les honneurs , l’orgueil , la bravoure , la tentation , la gourmandise , l’ivresse, la tristesse , la solitude sont les obstacles qu’Ulysse doit traverser avant de rejoindre l’être aimé .

L’idée de lancer nos "boufffeurs de milles" sur les traces d’Ulysse est née en voulant trouver un lien fédérateur sur la méditerranée.

Qui donc d’autre qu’Ulysse et son long périple pour représenter ce lien qui unit tous les pays et leurs marins autour de la navigation en haute mer autour de cet immense parcours européen .

Quelle place tiennent les humanités dans votre parcours personnel, et en particulier Homère ? Est-ce son Odyssée qui vous a donné le goût de la mer et des défis ?

Donner toute la dimension et la grandeur nécessaire à nos rêves pour ne pas les perdre de vue en cours de route et essayer de les vivre pleinement.
Voir naître son rêve, aller jusqu’au bout au détriment souvent de sa vie privée , tout sacrifier pour ses passions : est-ce de l’humanité ou de l’égoïsme ?

Les aventures d’Ulysse sont une représentation des épreuves et des passions que tout homme peut traverser dans sa vie. Elles ont pour cadre la mer mais pourraient se situer partout ailleurs. En ce sens, Ulysse est un personnage qui parle à chacun de nous, les marins y-compris. A aucun moment de ces aventures il est autre chose que profondément humain. En conclusion, je ne pense pas qu’Ulysse puisse spécialement donner envie de devenir marin, par contre il peut donner envie de résister à la pression des évènements, montrer que c’est toujours possible de ne pas abandonner et de ne jamais dire : jamais...

Au delà de l’exploit sportif, se servir de l’effet médiatique pour porter un message voilà le but de mon Odyssée aux voiles gonflées d’espoir.

Un seul regret, trouver des financements avec tout ce que cela implique afin de réaliser mes rêves quelque peu remaniés...

Messages

  • bonjour je m’appel yann,je sui tombépar hazard sur votre site qui est très intérèssant mai j’aurai aimé plus d’infos sur les représentations a venir moi et ma troupe (asso landroglobe circus) préparont une tournée de bretagne cet été avec une structure triangulaire de trois bateaux pour présenter notre nouveau spèctacle nous avons déja tourné l’an passé avec cirque en flotte si vous voulez des infos je vous laisse mon adresse:yannillien@aol.com
    voila a plus et bonne continuation