Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Humanités > Publications > [Musique] Musique de la Grèce antique

[Musique] Musique de la Grèce antique

Melpomène

jeudi 29 décembre 2005, par Robin Delisle

Comment peut-on jouer la musique de la Grèce antique alors qu’il n’en est resté aucune partition ?

C’est à cette question que Conrad Steinman, chargé de mission à la Schola Cantorum Basiliensis a tenté de répondre en menant des travaux organologiques d’envergure sur les particularités de la langue grecque et sur des traditions musicales multilinéaires.

Le fruit de ces recherches est un tableau sonore captivant qui va de la virtuosité instrumentale jusqu’à l’expression poétique la plus subtile de la voix humaine.

Sapphô côtoie Archiloque, Alcée et Homère. Les auteurs expliquent dans le livret d’accompagnement comment ils ont reproduit plusieurs instruments . Par exemple, c’est grâce à un vase peint du début du Vème siècle av J-C représentant Alcée et Sapphô que l’école de Konrad Steinmanna pu réaliser un barbiton et un plectre.
Pour les auloï, il en restait heureusement au British Museum, et il a été possible de réaliser des copies de rhombes. Des illustrations du début du Vème siècle av J-C ont également permis la reproduction de crotales.
Pour le sistre, il a fallu prendre comme modèle ceux qui ont été retrouvés dans la tombe de Tout-Ankh-Amon, un pharaon égyptien.

Il est difficile de juger de la qualité de la restitution, mais une chose est sûre, Agallis qui évoque les tremblements de la passion et qui mêle barbitos, aulos et soprano , l’hymne orphique au soleil , le poème d’Archiloque évoquant une éclipse du soleil (alto et soprano : faut-il penser au soleil et à la lune ?) ou encore le tympanon qui ferait pâlir les batteries les plus sophistiquées sont autant de moments musicaux qui impressionnent fortement l’oreille et l’âme.

Groupe : Melpomène
Musique de la Grèce antique
Editeur français : Harmonia Mundi
Licence Schola Cantorum Basiliensis
2005

Messages