Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Éléments de langues latine et grecque > Langue latine > Royauté et Religion dans la Rome archaïque > Le Calendrier

Le Calendrier

mardi 24 janvier 2006, par Robin Delisle

Le calendrier de Numa entre lune et soleil

Ab Urbe condita 1,19,7 et 1,19,6Texte transformé
Numa établit un calendrier lunaire

[1,19,7] Idem nefastos dies fastosque fecit, quia aliquando nihil cum populo agi utile futurum erat..

[1,19,6] Atque omnium primum ad cursus lunae in duodecim menses discribit annum ; quem, quia tricenos dies singulis mensibus luna non explet, desuntque dies solido anno, qui solstitiali circumagitur orbe, intercalariis mensibus interponendis ita dispensauit, ut uicesimo anno ad metam eandem solis, unde orsi essent, plenis omnium annorum spatiis dies congruerent.
Numa établit un calendrier lunaire

Numa nefastos fastosque dies facit quia aliquando populus agere non debet.

Atque primum ad cursum lunae in duodecim menses discribit annum ; sed quia cursus lunae tricenos dies non explet, desuntque multi dies solido anno, explet annum intercalariis mensibus ; ita menses dispensat : uicesimo anno sol pervenit unde iniit. Itaque dies congruunt toto spatio anni.

Dans chacun des deux textes, faire un relevé des mots dont les racines apparaissent nettement en français.

Observations

- [I,19,7] Comparer « dies » avec les jours de la semaine en français et en anglais.

  • Que signifient lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi ?
  • Qu’ont donné les mots fastos et nefastos en français ?

- [1,19,6] Relevez les occurences de annus, luna et mensis. Que signifient ces mots ? A quelle difficulté est confronté Numa ? Comment la résout-il ?

  • Qu’est-ce que signifie "intercalariis" ?
  • Savez-vous combien de jours dure un mois lunaire ?

Lecture et traduction des textes

Il ne s’agit, cette fois pas de traduire, mais de « lire » les textes afin d’en déterminer le sens approximatif. De quoi est-il question, qui agit, comment et cetera.

Isoler les verbes et les sujets, puis ensuite les COD permet d’approcher le sens général des textes. Le sujet, c’est celui qui agit, le verbe, c’est l’action, et le COD, c’est ce sur quoi porte l’action.
Il faudra bien sûr se concentrer sur les propositions principales.
On utilisera avec profit un document word, ou à défaut des surligneurs si seules des polycopiés sont disponibles.
On peut éventuellement approfondir la lecture avec un dictionnaire, électronique ou non.
L’élève pourra utiliser le programme collatinus ou encore le dictionnaire en ligne de Gérard Jeanneau.

Le calendrier lunaire

Le calendrier d’Albe, dont est originaire Romulus, le fondateur de Rome, a probablement comporté 10 mois. Romulus aurait alors établi un premier calendrier comportant des mois de 30 et 31 jours en alternance. Il demeure des incertitudes sur ce sujet. Bien évidemment, un tel calendrier était purement lunaire, et ne suivait en aucun cas le calendrier solaire, puisqu’il était limité à 304 jours.

Ce calendrier de 304 jours était vraiment plus court que l’année solaire.
Numa, le premier, réforma ce calendrier. Selon Tite-Live, Numa ajouta 50 jours au calendrier initial et répartit différemment le nombre de jours.
Pour rajouter 50 jours, il créa deux mois supplémentaires à la suite du dixième mois : Januarius (consacré à Janus) et Februarius (consacré aux februa, instruments de purification - il faut éliminer les souillures de l’année passée pour commencer la nouvelle année). La nouvelle répartition fut établie de sorte à ne comporter qu’un nombre impair de jours par mois..
Numa obtint ainsi la répartition suivante :

MOIS

Calendrier
albain

Calendrier
de Numa

MARTIUS

31

31

APRILIS

30

29

MAIUS

31

31

JUNIUS

30

29

QUINTILIS

31

31

SEXTILIS

30

29

SEPTEMBER

30

29

OCTOBER

31

31

NOVEMBER

30

29

DECEMBER

30

29

JANUARIUS

-

29

FEBRUARIUS

-

27
puis 28

TOTAL

304

355

</center

Toutefois, l’année, ainsi divisée ne comportait que 354 jours. Numa rajouta alors une 28ème jour au mois des purifications (februarius).
Numa aurait pu en rester là, mais son calendrier ne remplissait toujours pas un cycle solaire. Sa solution fut alors la suivante...

« intercalariis mensibus interponendis ita dispensauit, ut uicesimo anno ad metam eandem solis, unde orsi essent, plenis omnium annorum spatiis dies congruerent. »

Retour à la page « Royauté et religion dans la Rome archaïque »