Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Éléments de langues latine et grecque > Langue latine > Amantes mythiques > Ariane à Thésée

Ariane à Thésée

mardi 14 février 2006, par Robin Delisle

Ariane et Thésée en quatre tableaux...

Labyrhinte

Source : Musée de Vienne.
Source de l’image distante : Itinera electronica

Effectuez une recherche sur la Toile afin d’en apprendre plus sur la liaison de Thésée et d’Ariane : A quels moments font référence les scènes représentées sur la mosaïque ? Rédigez vous-même une légende de quatre lignes pour chaque scène.

Liste de liens à explorer

http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/lettres/LanguesAnciennes/Ariane/intro.htm
http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/lettres/LanguesAnciennes/Ariane/default.htm
http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/lettres/LanguesAnciennes/Ariane/fichiers/ar_thes_tarente.htm
http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/lettres/LanguesAnciennes/Ariane/fichiers/ariane_thesee.htm
http://www.univ-montp3.fr/ pictura/GenerateurNotice.php?numnotice=A1792

Le crépuscule des nymphes

http://www.mediterranees.net/romans/nymphes/ariane.html

La lettre d’Ariane à Thésée

Source : Héroïde 10 sur Concordances

Texte d’origine : vers 59-64 ; 83-88 ; 119-122 Texte transformé
Solitude d’Ariane

Quid faciam ? quo sola ferar ? uacat insula cultu ;

non hominum uideo, non ego facta boum.

omne latus terrae cingit mare ; nauita nusquam.

nulla per ambiguas puppis itura uias.

finge dari comitesque mihi uentosque ratemque,

quid sequar ? accessus terra paterna negat.

Bestiaire d’Ariane

iam iam uenturos aut hac aut suspicor illac,

qui lanient auido uiscera dente lupos.

forsitan et fuluos tellus alat ista leones ?

quis scit an et saeuas tigridas insula habet.

et freta dicuntur magnas expellere phocas ;

quis uetat et gladios per latus ire meum ?

La mort d’Ariane

Ergo ego nec lacrimas matris moritura uidebo

nec mea qui digitis lumina condat, erit.

spiritus infelix peregrinas ibit in auras

nec positos artus unguet amica manus.

ossa superstabunt uolucres inhumata marinae ;

Solitude d’Ariane

Quid faciam ? Quo sola eo ? Vacat insula cultu ;

Non hominum video, non ego facta bovum.

omne latus terrae pontus cingit ; nauita nusquam.

nulla puppis per ambiguas uias it.

Si habebo comitesque uentosque ratemque,

quo ibo ? accessus terra paterna negat.

Bestiaire d’Ariane

iam iam aut hac aut illac caveo,

forsitan viscera lanient auido dente veniunt lupi.

forsitan et fuluos leones ista tellus alat ?

quis scit an et saeuas tigridas insula habet.

forsan et freta magnas phocas expellunt ;

quis uetat et gladios per latus meum ire ?

La mort d’Ariane

Ergo ego nec lacrimas matris moritura uidebo

nec erit qui digitis mea lumina condat.

spiritus infelix peregrinas in auras ibit

nec membra posita unguet amica manus.

ossa inhumata superstabunt uolucres marinae ;

Cherchez le vocabulaire en ligne avec Collatinus :
Classez ensuite les mots trouvés par catégories dans le tableau suivant.
Il est tout à fait indispensable d’identifier les nominatifs singuliers des noms et des adjectifs ainsi que les présents de l’indicatif des verbes pour pouvoir les rechercher.

Traduisez le texte d’imitation à l’aide du vocabulaire. Attention au sens des mots : le premier n’est pas nécessairement celui qui convient.

- Les points grammaticaux à revoir sont

  • les trois premières déclinaisons, tous genres inclus
  • le présent de l’indicatif et de l’impératif. Le futur de l’indicatif
  • le participe parfait passif

- Les point grammaticaux nouveaux sont les suivants

  • la quatrième déclinaison
  • le participe futur

Vocabulaire du texte transforméVocabulaire du texte transformé
quis, quae, quid : qui ? quoi ?

facio, is, ere, feci, factum : faire

qui, quae, quod : qui ; interr. quel ? lequel ?

solus, a, um : seul

eo, is, ire, iui, itum : aller

uaco, as, are : être vide, être inoccupé, oisif

insula, ae, f. : l’île, l’immeuble à appartements

cultus, us, m. : - 1 - la culture du sol, le travail du laboureur, le labour, le

labourage ; le soin matériel. - 2 - la culture, l’éducation. - 3 - le culte

(respect rendu aux dieux ou à des hommes), les témoignages de

respect, le respect, les honneurs, les égards. - 4 - le genre de vie, le genre de

civilisation ; les moeurs ; la vie de plaisir, le luxe. - 5 - l’appareil, la parure, la

toilette, le costume, l’habit ; l’ornement (du style).

non, neg. : ne...pas

homo, minis, m. : homme, humain

uideo, es, ere, uidi, uisum : voir (uideor, eris, eri, uisus sum : paraître, sembler)

factum, i, n. : le fait, l’action, le travail, l’ouvrage

bos, bouis, m. : bœuf

omnis, e : tout

latus, eris, n. : le côté

pontus, i, m. : la haute mer, la mer

cingo, is, ere, cinxi, cinctum : ceindre, entourer

nauita, ae, m. : marin

nusquam, inv. : nulle part

nullus, a, um : aucun

puppis, is, f. : poupe

ambiguus, a, um : entre deux, variable, douteux, ambigu

uia, ae, f. : route, chemin, voyage

habeo, es, ere, bui, bitum : avoir (en sa possession), tenir

comes, itis, m. : compagnon

uentus, i, m. : vent

ratis, is, f. : le radeau, le navire

quo, Adv. =où ? (avec changement de lieu) 6. suivi d’un comparatif = d’autant
7. conj. : pour que par là

accessus, us, m. : l’approche

paternus, a, um : du père, des aïeux

nego, as, are : nier

iam, adv. : déjà, à l’instant

aut, conj. : ou, ou bien

hac : par ci

illac, adv. : par là

caueo, es, ere, caui, cautum : faire attention, veiller à ce que

(cautus, a, um : sûr, en sécurité, défiant, circonspect)

forsitan : peut-être

uiscus, eris, n. : chair, entrailles

lanio, as, are : mettre en pièces, déchirer

auidus, a, um : désireux, avide

dens, dentis, f. : dent

lupus, i, m. : loup

fuluus, a, um : fauve, doré

leo, onis, m. : lion

iste, a, ud : ce

tellus, uris, f. : terre, sol, terrain, pays

alo, is, ere, ui, altum ou alitum : 1. nourrir, alimenter 2. développer

3. se nourrir

scio, is, ire, sciui, scitum : savoir

an, inv. : est-ce que, ou est-ce que ; an... an..., si... ou si

saeuus, a, um : cruel

tigris, is (ou idis) m ou f : tigre, tigresse

fretum, i, n. : le détroit, la mer, les flots

phoca, ae, f. : le phoque

expello, is, ere, puli, pulsum : chasser

gladius, i, m. : glaive

fero, fers, ferre, tuli, latum : porter, supporter, rapporter

latus, eris, n. : le côté

meus, mea, meum : mon

ergo, conj. : donc

nec, adv. : et...ne...pas

lacrima, ae, f. : larme

mater, tris, f. : mère

moriturus, a, um : mourante

digitus, i, m. : le doigt (de pied), l’orteil (ad digitum : jusqu’à l’abandon)

lumen, inis, n. : 1. la lumière 2. le flambeau, la lampe 3. le jour 4. l’éclat,
le rayon 5. les yeux

condo, is, ere, didi, ditum : cacher, enfermer, enterrer (condere urbem :
fonder une ville)

spiritus, us, m. : 1. l’air 2. le souffle 3. la vie 4. l’inspiration 5. la suffisance, l’arrogance, l’orgueil

infelix, icis : malheureux

peregrinus, a, um, adj. et n. : étranger

in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre

aura, ae, f. : le souffle, la brise, le vent, l’air

membrum, i, n. (généralement au plur) : membre, organe

pono, is, ere, posui, situm : 1. poser 2. déposer 3. placer, disposer 4. installer 5. présenter, établir

unguo, is, ere, unxi, unctum : oindre, parfumer

amicus, a, um : ami (amicus, i, m. : l’ami)

manus, us, f. : main, petite troupe

os, ossis, n. : os

inhumatus, a, um : sans sépulture

superstos, as, are, steti, statum : se tenir au dessus

uolucris, is, f. : oiseau

marinus, a, um : marin


Isolement

L’abandon d’Ariane à Naxos prend d’autant plus de force que le paysage, tout symbolique, y participe.
La terre est ceinte de toute part par les eaux « omne latus terrae cingit mare ». La négation, quasi anaphorique (non...non...nusquam...nulla) aux vers 61 et 62 semblent constitutives de l’endroit. Ni homme, ni boeufs, ni marin ni navire. Non contente d’être déserte, l’île n’offre aucun espoir de fuite. Pire, même si Ariane pouvait encore envisager une fuite, et encore cela ne relève-t-il que de l’imagination « finge », nul endroit ne peut l’accueillir. le « negat » du vers 64 ferme définitivement toute autre issue.
Le mal-être de la jeune femme enlève peu à peu toute couleur réaliste au paysage, qui, contaminé par les angoisses mortifères d’Ariane se peuple peu à peu d’animaux aussi fantastiques qu’improbables dans un tel lieu.
Progressivement, le lieu désert prend la consistance d’un songe donnant une couleur terrifiante au sort d’Ariane, perdue dans sa douleur.
L’île fonctionne donc en tant que métaphore d’un isolement mental.
L’accumulation d’interrogation « quid faciam...quo sola ferar...quo sequar » montre à quel degré l’île est devenue une prison d’où Ariane ne peut s’échapper.L’isolement d’Ariane n’est pas seulement spatial, il est aussi affectif et social : c’est sa terre natale (terra paterna) qui lui est désormais inacessible.
Voilà pourquoi la mort qu’Ariane s’imagine se colore de l’aspect le plus infâme : ni main amie, ni larmes d’une mère pour l’accompagner dans ses derniers instants :

« Ergo ego nec lacrimas matris moritura uidebo
nec mea qui digitis lumina condat, erit. »

La prison de Naxos entre palais crétois et patrie athénienne laisse à l’abandon une Ariane esseulée, condamnée à ne pas devenir l’épouse de Thésée mais qui n’est plus l’innocente jeune fille de Crète.

Evaluation : Traduction à réaliser chez soi ou en classe : Ariane Trahie

Trahison