Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Éléments de langues latine et grecque > Langue latine > Amantes mythiques > Phyllis à Démophon

Phyllis à Démophon

mardi 14 février 2006, par Robin Delisle

Aux sources de la légende...

Effectuez une recherche sur la Toile afin d’en apprendre plus sur Phyllis et Démophon .

Légendes

http://www.dicoperso.com/term/adaeaeb1acaba45d5a,,xhtml
http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mophon_(Ath%C3%A8nes)
http://ugo.bratelli.free.fr/Apollodore/Epitome/EP-VI-16-22.htm
http://boitearecettes.infinit.net/public/fruits_legumes/liste/amande/descri.htm
http://www.mariageprovence.com/guide/traditions-mariage.htm

Iconographie


http://www.perseus.tufts.edu/cgi-bin/image?lookup=1992.08.0009
Jones Burnes : Phyllis et Démophon
http://www.wfu.edu/ woodaljn/ant260/phyllis.htm

Quelques questions...

A quelle légende fait référence le tableau de John William Waterhouse (1849-1917) ?
Qu’avez-vous appris sur l’amande et les amandiers ? Que savez-vous de plus à propos de nos mariages modernes ?
De quel héros grec très célèbre Démophon est-il le fils ?
Pourquoi Démophoon est-il parti avec les Grecs affronter les Troyens ?
Quel est le nom du frère de Démophon ?
De quel pays est originaire Phyllis ? Que signifie ce nom en grec, et pourquoi ?

La lettre de Phyllis à Démophoon

Source : Concordances : héroïde 2

Texte d’origine : vers 121-136Texte transformé
Tentation du suicide

Maesta tamen scopulos fruticosaque litora calco

quaeque patent oculis litora lata meis.

siue die laxatur humus, seu frigida lucent

sidera, prospicio, quis freta uentus agat ;

et quaecumque procul uenientia lintea uidi,

_ protinus illa meos auguror esse deos.

in freta procurro, uix me retinentibus undis,

mobile qua primas porrigit aequor aquas.

quo magis accedunt, minus et minus utilis adsto ;

linquor et ancillis excipienda cado.

Est sinus, adductos modice falcatus in arcus ;

ultima praerupta cornua mole rigent.

hinc mihi suppositas inmittere corpus in undas

mens fuit ; et, quoniam fallere pergis, erit.

ad tua me fluctus proiectam litora portent,

occurramque oculis intumulata tuis !

Tentation du suicide
Maesta tamen scopulos fruticosaque litora calco

ubique patent oculis aequora lata meis.

siue dies laxat humum, seu frigida lucent

sidera, prospicio, quis freta uentus agat ;

si procul lintea uideo,

protinus credo meos deos videre.

in freta procurro, uix me retinent undae,

qua porrigit mobile aequor primas aquas.

quo magis accedunt, minus et minus utilis adsto ;

subdeficio et cado et ancillae meae me retinere debent .

Est sinus, modice falcatus in adductos arcus ;

ultima cornua praerupta mole rigent.

hinc cupio immittere corpus meum in undas.

et, quoniam me fallere pergis, id faciam.

ad tua litora me fluctus proiectam portent,

occurramque intumulata oculis tuis !

Cherchez le vocabulaire en ligne avecCollatinus :
Classez ensuite les mots trouvés par catégories dans le tableau suivant.
Il est tout à fait indispensable d’identifier les nominatifs singuliers des noms et des adjectifs ainsi que les présents de l’indicatif des verbes pour pouvoir les rechercher.

Traduisez le texte d’imitation à l’aide du vocabulaire. Attention au sens des mots : le premier n’est pas nécessairement celui qui convient.
Les points grammaticaux à revoir sont

  • les quatre premières déclinaisons, tous genres inclus
  • le présent de l’indicatif et le futur de l’indicatif
  • le participe parfait passif
Vocabulaire du texte transforméVocabulaire du texte transformé
maestus, a, um : triste

tamen, adv. : cependant

scopulus, a, um : de rocher, semé d’écueils (scopulus, i : le rocher, l’écueil)

fruticosus, a, um : - 1 - plein de rejetons. - 2 - plein de buissons, plein d’arbres, ombragé.

aequor, oris, n. : 1. surface plane 2. plaine liquide

calco, as, are : fouler, marcher sur quelque chose

ubique : de partout

pateo, es, ere, patui : être ouvert (+ dat., à qqn), s’étendre largement (en parlant de l’étendue d’un pays) ; être à la disposition de (+ dat.). - patet + prop inf : il est évident que

oculus, i, m. : oeil

litus, oris, n. : rivage

fero, fers, ferre, tuli, latum : porter, supporter, rapporter

latus, a, um : large

meus, mea, meum : mon

si, conj. : si

siue, (seu) inv. : siue... siue : soit... soit

dies, ei, m. et f. : jour

laxo, are, avi, atum : - tr. - 1 - agrandir, étendre, élargir, rendre plus spacieux. - 2 - détendre, lâcher, relâcher, desserrer, désunir, ouvrir. - 3 - au fig. détendre, donner du repos, donner du répit, délasser, alléger. - 4 -
intr. - se détendre, se relâcher.

humus, i, f : la terre

seu, conj. : répété : soit... soit...

frigidus, a, um : froid

luceo, es, ere : luire, briller

sidus, eris, n. : étoile, astre

prospicio, is, ere, spexi, spectum : regarder au loin, avoir vue sur, prévoir

quis, quae, quid : quel

fretum, i, n. : le détroit, la mer, les flots

uentus, i, m. : vent

ago, is, ere, egi, actum : 1 - chasser devant soi, faire marcher, conduire, pousser, amener (en parlant des êtres animés ou personnifiés) 2. faire, traiter, agir

procul, adv. : loin, au loin, de loin

linteum, i, n. : toile de lin, voile, rideau

protinus, inv. : droit devant, aussitôt

credo, is, ere, didi, ditum : I. 1. confier en prêt 2. tenir pour vrai 3. croire II. avoir confiance, se fier

procurro, is, ere, curri (cucurri), cursum : courir en avant, s’élancer au pas de course, courir plus loin

uix, adv. : à peine

ego, mei : je

retineo, es, ere, ui, tentum : retenir, maintenir

unda, ae, f. : l’onde, l’eau, le flot

porrigo, is, ere, rexi, rectum : diriger en avant, étendre, étirer

mobilis, e : mobile, déplacé, flexible

primus, a, um : premier (comparatif : prior)

aqua, ae, f. : eau

qua, Adv. = par où (avec changement de lieu)

magis, adv. : plus

accedo, is, ere, cessi, cessum : 1. aller vers, s’approcher de, marcher sur 2. venir s’ajouter, s’ajouter

minus, adv. : moins

utilis, e : 1. utile 2. en bon état

adsto, as, are, stiti, stitum : se tenir debout auprès de, (en poésie : atterrir)

subdeficio, ere : - intr. - commencer à défaillir, s’affaiblir.

cado, is, ere, cecidi, casum : tomber

retineo, es, ere, ui, tentum : retenir, maintenir

sinus, us, m. : le sein, la courbure, le golfe, l’anse

adduco, is, ere, duxi, ductum : 1. amener à soi, attirer 2. conduire vers, mener à 3. tendre (pour un arc)

modice, adv. : modérément

falcatus, a, um : - 1 - qui a la forme d’une faux, courbé, recourbé, courbe. - 2 - Tert. armé d’une faux (en parl. de Saturne). in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre

arcus, us, m. : l’arc

ultimus, a, um : dernier

praeruptus, a, um, : part. passé de praerumpo. - 1 - taillé à pic, escarpé, abrupt, à pic. - 2 - très haut, très élevé. - 3 - effréné, fougueux, emporté, violent.

cornu, us, n. : corne, aile d’une ligne de bataille.

moles, is, f. : la masse

rigeo, es, ere, -, - : être roide, raidi, durci

hinc, adv. : d’ici

cupio, is, ere, ii ou iui, itum : désirer

immitto, is, ere, misi, missum : envoyer dans, laisser aller, laisser flotter

corpus, oris, n. : corps

quoniam, conj. : puisque

fallo, is, ere, fefelli, falsum : tromper, tendre un piège (falsus, a, um : faux)

pergo, is, ere, perrexi, perrectum : 1. diriger, poursuivre 2.. continuer de, persister à 3.. aller plus loin, continuer

is, nominatif masculin singulier de is, ea, id : ce, cette, celui-ci, il,

ad, prép. + Acc. : vers, à, près de

tuus, a, um : ton

ego, mei : je

fluctus, us, m. : flot

projicio, is, ere, ieci, iectum : projeter ; rejeter, abandonner

porto, as, are : porter

occurro, is, ere, curi, cursum : aller à la rencontre de

oculus, i, m. : oeil

intumulatus, a, um : sans sépulture

Analyse iconographique

Examinez attentivement les images indiquées en lien et associez-y les passages qui leur sont appropriés dans la seconde héroïde.

Image1
Image2
Image3
Image4
Image5

Au bord du précipice...

Très fort est le désir de Phyllis d’annuler la distance de la séparation en se fondant dans les flots « Ad tua me fluctus projectam litora portent ». Mais la mer est avant tout vastitude et indifférence. La durée de l’attente est le fruit de l’obsession mentale et non une réalité spatiale « patent » « aequora lata » « laxatur »
Phyllis est avant toute tendue vers l’avant : prospicio, procurro, projectam, le corps vers les eaux. Face à elle la mer remue mobile aequor . Ces deux mouvements sont contraires. La mer est l’espace limite, le point de séparation et mouvement vers le suicide. Une abîme insondable s’ouvre sous les pieds mêmes de la jeune fille.
Tout est figé avant la chute : procurro, adsto, linquor, cado. Course, raideur, pleurs et chute : le mouvement vers l’abysse s’enchaîne implacablement. Phyllis va se fondre dans les eaux et cesser d’exister en tant que personne. Le linquor l’annonce. L’apparition de tournures à la troisième personne mens fuit puis le "je" mis en objet « me » au vers 135 traduisent la dépossession de soi. Phyllis n’est plus maître de ses actions.
Enfin, la courbure de la baie, bordée de deux masses, comparable à un arc tendu n’est pas sans évoquer Cupidon et son arc, et donc le sujet de la lettre : le désir amoureux. Les ultima cornua indiquent qu’il n’est pas possible de faire un pas de plus : l’étape suivante ne peut être qu’inévitablement le saut dans la mer.

En définitive, la projection de Phyllis dans cet univers fantasmatique tout entier tourné vers la noyade ôte toute existence réaliste à ce décor. Seul subsiste un point de vue subjectif d’une vision figée dans l’horreur d’une mort sans sépulture. Le caractère extraordinaire de cette horreur tient à l’usage d’un mot unique, que l’on ne trouve en latin que dans cette seule lettre : intumulata ce qui signifie sans sépulture.

Défense de Démophoon

Démophoon est-il l’amant indigne que pourrait laisser supposer la lettre de Phyllis ? Le poète Aulus Sabinus a pris sa défense. Lisez la lettre de Phyllis en entier dans un premier temps, puis celle de Démophoon. A quelles accusations de Phyllis répond l’argumentation de Démophoon ?

Réponse de Démophoon à Phyllis...

Demophoontis ad Phylliden responsio

http://ugo.bratelli.free.fr/AulusSabinus/SabinusEp02.htm

Réponse de Démophon