Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Édito > Mélancolie au grand Palais...

Mélancolie au grand Palais...

mercredi 12 octobre 2005

La Réunion des Musées Nationaux présente ainsi son sujet :

"Aucune disposition d’âme n’a occupé l’Occident aussi longtemps que la mélancolie. Le sujet touche au cœur des problèmes auxquels l’homme est aujourd’hui sensible : de l’histoire à la philosophie, de la médecine à la psychiatrie, de la religion à la théologie, de la littérature à l’art. La mélancolie, par tradition cause de souffrance et de folie, est aussi considérée depuis l’Antiquité comme le tempérament des hommes marqués par la grandeur - les héros et les génies. Sa désignation comme « maladie sacrée » implique une dualité. Mystérieuse, la mélancolie l’est toujours, bien qu’elle fasse aujourd’hui l’objet, sous son appellation de « dépression », d’une approche médico-scientifique. L’iconographie de la mélancolie est d’une infinie richesse et il n’est donc pas étonnant que ce soit l’histoire de l’art qui ait su la première fournir les bases de cette nouvelle approche de l’histoire culturelle du malaise saturnien."

A l’origine, dans la Grèce antique, Hippocrate définit ainsi la mélancolie : (melaina + cholè, la bile noire) un dérèglement de la bile noire, une des quatre humeurs qui composent le corps humain.
Cette "humeur noire" est associée, plus tard au génie et à la folie : c’est tout l’objet du problème XXX d’Aristote.

L’exposition débute le 13 octobre 2005 et prend fin le 16 janvier 2006.


Voir en ligne : Grand Palais

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.