Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Humanités > Démission forcée de Laurent Lafforgue

Démission forcée de Laurent Lafforgue

mardi 22 novembre 2005

Laurent Lafforgue démissionne du HCE.

Il explique dans un courriel désormais public les causes de sa démission.
Le Portique reproduit intégralement ce courrier. On pourra aussi se référer en lien au courriel dont il est question dans son explication.

"
Cette démission m’a été demandée par M. Racine, Président du HCE, et M. Seban, conseiller du Président de la République pour l’Éducation.

Cette demande est intervenue très tôt, à peine dix jours après l’installation officielle du HCE (le mardi 8 novembre 2005) et le lendemain de sa première réunion de travail (le jeudi 17 novembre 2005).

M. Racine a estimé que la violence passionnée de mes propos sur l’état actuel de notre système éducatif et la responsabilité des instances dirigeantes de l’Éducation Nationale rendait impossible un débat serein au sein du HCE visant à construire un consensus ou tout au moins une majorité solide.

Plus précisément, il m’a été surtout reproché d’avoir écrit au président du HCE, avec copie à tous les membres, le courriel que je reproduis sur ce site, à la rubrique “Un courriel qui aurait dû rester confidentiel”.

Ce texte est effectivement violent. Il réagit à une proposition d’ordre du jour envoyée par M. Racine où il était question de faire appel, entre autres, aux "experts de l’Éducation Nationale" ; il s’y exprime une indignation qui ne date pas de la veille et dont M. Racine n’est certes pas l’objet.

Ce courriel n’était destiné qu’aux membres du HCE mais M. Racine et M. Seban (à qui M. Racine en avait envoyé copie) m’ont appris qu’il avait été vite diffusé hors du HCE et "qu’il circulait déjà dans les bureaux du Ministère de l’Éducation Nationale". Je ne me serais certainement pas exprimé avec tant de violence si j’avais pensé que ce message deviendrait public, mais je confirme que ce message traduit ma pensée, de la première à la dernière ligne.

Pour couper court à toutes éventuelles déformations ou exploitations de citations tronquées, je le reproduis donc sur ce site.

J’ajoute que je suis également en désaccord avec la phrase suivante prononcée par M. Racine dans son allocution lors de la cérémonie d’installation du HCE :

"L’enjeu est considérable, puisqu’en dépit des progrès remarquables accomplis au cours des dernières décennies par notre système éducatif, celui-ci ne parvient pas à résorber des poches d’échec importantes ni à accroître l’égalité des chances."

En effet, je ne vois pas quels progrès remarquables notre système éducatif a accomplis dans les dernières décennies, et pour ma part je parlerais plutôt de résorption des poches de succès (le mot "succès" étant entendu non pas au sens de l’obtention d’un diplôme mais au sens de l’acquisition de véritables connaissances qui font accéder à la culture ou à la science) et de diminution de l’égalité des chances.

Je n’ai rien d’autre à dire sur le sujet de ma démission.

Laurent Lafforgue"


Voir en ligne : Un courriel confidentiel ...

Messages

  • bonjour

    enfin une personne sensée qui a le courage de dire ce qu’elle pense ! Malheureusement sanctionnée pour son honnêteté et sa franchise, alors que cette saine réaction de colère devrait inciter les membres du HCE à se remettre en question !

    Il est grand temps que les prétendus "experts" en tout genre, trop loin de la réalité (ici, des salles de classes) pour pouvoir émettre un jugement objectif, ouvrent enfin les yeux sur la dégénérescence de notre système éducatif ! A moins que ce ne soit là leur objectif caché ? Auquel cas ils ont parfaitement réussi :
    l’école ne joue plus son rôle d’intégration ni d’ascenseur social. Bien au contraire, elle creuse les écarts, détruit des potentiels qui ne demandent qu’à se développer. Dans quel but ? Protéger une élite qui se sent menacée ?

  • La preuve est faite.
    Laurent Lafforgue a mis dans le mille.
    Si l’enjeu n’était pas si grave, on rirait que les apparatchiks se retrouvent entre eux.

    C.Kieffer, professeur agrégé d’anglais en exercice.

  • Bravo !
    Peut être que les décideurs vont enfin écouter, prendre conseil auprés ceux qui s’inquiètent vraiement de la dégradation du sytème éducatif et qui veulent par leurs connaissances de la réalité apporter assistance à personnes en danger "nos élèves".

  • Robin, tu recommandes d’aller visiter le Café péda pr les langues anciennes, ms il faudra se souvenir de leur réaction* à la démission de L. Lafforgue qui en dit long sur l’esprit d’analyse de ces gens prêts à donner la ciguë.
    D’autre part, serait-il possible d’ajouter en fin de brève l’adresse de la pétition :
    http://www.re2.freesurf.fr/Actions/demll.html
    et d’inviter à la signer pr marquer sa désapprobation ?

    *Flash du 23-11-2005
    Actualité : Le HCE déjà déstabilisé
    "Les instances dirigeantes de l’Éducation Nationale sont intégralement peuplées de fous irresponsables". Dans un message daté du 16 novembre, adressé aux membres du Haut conseil de l’éducation (HCE), Laurent Lafforgue, nommé au HCE le 8, dénonce, pêle-mêle, " les experts de l’Education nationale : Inspections générales et directions de l’administration centrale,... les corps d’Inspecteurs..., les directions des administrations centrales (dont la DEP et la DESCO), les directions et corps de formateurs des IUFM..., la majorité des experts des commissions de programmes,... les syndicats, les parents d’élèves" : tous sont accusés de détruire l’Ecole. "Je suis également très sceptique en ce qui concerne les experts étrangers" ajoute-il...

    Le président du HCE a demandé sa démission et L. Lafforgue a achevé un des mandats les plus courts de l’histoire de la République. Il voulait par son message protester contre la décision du HCE de consulter des experts, unanimement assimilés par lui à des " Khmers rouges".

    Laurent Lafforgue, mathématicien, est un militant des milieux ultra-conservateurs [sic]. Il a rédigé, avec Marie-Christine Bellosta, Marie-Claude Brossolet, Gaëtan Cotard, Jean-Pierre Demailly, François Ewald, Marie-Thérèse Geffroy, Marc Le Bris et Pierre-François Mourier, la brochure de la "Fondation pour l’innovation politique" qui appelle à "refonder l’Ecole". Il représentait au HCE cette mouvance extrémiste [sic].

    Sa démission ne relèverait que des accidents personnels particulièrement tristes si Laurent Lafforgue n’avait été appelé à un des plus hauts conseils de la République. En effet, le HCE, mis en place par la loi Fillon, est chargé de définir le "socle commun des connaissances" et la formation des futurs enseignants. Il avait été nommé à ce poste le 26 octobre par Jacques Chirac. L’on est en droit de se demander par quel aveuglement le président de la République a pu nommer à un poste aussi important un personnage aussi extrémiste [sic]. On se demande aussi par qui il va le remplacer.
    (http://www.cafepedagogique.net/expresso/express231105.php )

    • Françoise,

      La section langues anciennes du Café pédagogique est de bonne qualité : il y’ a donc pas de raison que je ne la recommande pas. En outre, n’oublie pas que le Café n’est pas une équipe mono-bloc, même si ses éditos sont à l’évidence verrouillés et partisans.

      Pour l’adresse que tu mentionnes, comme ta réponse est publique, l’adresse est désormais disponible.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.