Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Humanités > Saint-Valentin, la belle époque des Lupercales...

Saint-Valentin, la belle époque des Lupercales...

lundi 13 février 2006

Est-ce une pure coïncidence ? Au milieu du Mois des Purifications (Februa) avient lieu à Rome les Lupercales : On y célébrait donc la fertilité, avec bien entendu festins et orgies variées. Clou des festivités, la "course des luperques" . De jeunes hommes partiellement dévêtus parcouraient la cité en flagellant femmes enceintes et femmes stériles :

les Romaines sans enfant se plaçaient sur le parcours des Luperques en tendant leurs mains ou en retroussant leurs robes jusqu’en haut des cuisses pour recevoir les coups qui mettraient un terme à leur stérilité.

Après la grande course des Luperques, on organisait un grand banquet : fortement arrosé, on s’y livrait à tous les excès...

Amateurs de jeux de hasard, les Romains en profitaient pour organiser une loterie quelque peu particulière : chaque jeune fille inscrivait son nom sur un parchemin qu’elle déposait dans une jarre et chaque jeune garçon tirait au sort le nom de celle qui devait l’accompagner à la soirée. Junon protégeait le jeune couple ainsi formé.

Si les Luperques couraient nus, ou presque, à travers la ville, cela provenait d’une mésaventure ddu dieu Faunus.

Tombé amoureux éperdument de la belle reine de Lydie, Omphale, il jura de la connaître charnellement. Or, à cette même époque, la jeune reine passait tous ses caprices sur son dernier amant en date, une brute épaisse à la main lourde bien connue, un certain Hercule...

Le dernier caprice en date était de revêtir de vêtements féminins le fier guerrier tandis qu’elle meêm passait sur ses épaules la légendaire peau du loin de Némée sur ses épaules.

Ce fut ainsi travestis que les deux amants s’endormirent, le soir où Faunus décida de s’introduire dans leurs appartements.

Quand Faunus arriva dans la chambre de la reine, il tâtonna dans l’obscurité. Arrivé au pied du lit, il entendit un léger bruissement de soie. Sûr de lui, il se glissa sous les couvertures. Mauvaise pioche ! C’était la jambe velue d’Hercule que sa main caressa ! Avant qu’il ait le temps de réaliser son erreur, un magistral coup de pied dans le derrière projeta le malheureux intrusà l’autre bout de la pièce , alors qu’Omphale, hilare, se gaussait cet amoureux aussi transi que ridicule.

Depuis ce jour, Faunus maudit les vêtements et exigea que ses fidèles procèdent nus aux rites destinés à l’honorer.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.