Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Éléments de langues latine et grecque > Euripide rejoint Sophocle au Panthéon remacléen

Euripide rejoint Sophocle au Panthéon remacléen

vendredi 28 avril 2006

Communication de Philippe Renault, poète et traducteur sur la Toile gréco-latine.

Après avoir donné il y a quelque temps un Dossier Sophocle pour le site de Philippe Remacle, voici aujourd’hui en ligne un Dossier Euripide fait dans le même esprit que le précédent. Un Dossier Eschyle suivra un peu plus tard.

Ce dossier comprend une introduction qui se veut autant que possible vulgarisatrice : elle condense les principales informations que nous possédons sur le poète tout en essayant de dégager sa personnalité profonde par rapport aux deux autres tragiques.

Une liste des œuvres et une brève histoire de la transmission du texte d’Euripide suit cette présentation.

J’ai également pensé qu’il serait utile de mentionner les principales sources de cet auteur : c’est ce que j’ai fait en insérant la Vie d’Euripide ainsi que le chapitre consacré au poète par Aulu-Gelle dans ses Nuits attiques.

Quant à l’Anthologie, elle propose un choix de textes qui, de mon
opinion, sont les plus révélateurs, les plus forts aussi d’Euripide.

Dix-sept (sur les dix-huit) tragédies sont ainsi évoquées, certaines ayant bénéficié, je l’avoue, d’un traitement de faveur comme Médée ou Iphigénie en Aulide, peut-être les chefs-d’œuvre d’Euripide, en tous cas les plus célèbres, et qui ont inspiré bien des adaptations littéraires ou cinématographiques : qui n’a pas en tête l’Iphigénie de Racine ou de Goethe, mais aussi la Médée de Pasolini interprétée par une étonnante et terrifiante Maria Callas. Ces deux pièces regorgent de superbes tirades, et, tout naturellement, j’en ai retenu de nombreux extraits : à tout seigneur, tout honneur...

Bien entendu, comme pour le Dossier Sophocle, ces traductions sont en vers, ce qui, j’aime à la répéter, permet de restituer l’élan poétique et la fraîcheur de ces œuvres, trop souvent considérées comme de vénérables vestiges et que des traductions savantes ont tendance à étouffer au point de les réduire à l’état de tristes momies...


Voir en ligne : Euripide chez Remacle

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.