Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Humanités > Antigone de Sophocle par Démodocos

Antigone de Sophocle par Démodocos

mardi 11 juillet 2006

La compagnie Démodocos veut retrouver le sens du théâtre grec et renouer avec une tradition perdue : par la force de la parole, par la puissance de manifestation et d’incarnation ; le tout pour relier les spectateurs citoyens par le rituel théâtral.
C’est un théâtre d’initiation dont on peut aujourd’hui mieux connaître les codes : rythme et musique, danse sacrificielle, jeu de rôles et de masques. Le metteur en scène, helléniste, a traduit du grec ancien la tragédie de Sophocle, et sa réflexion s’appuie sur un retour aux sources du théâtre. Il a réuni autour de lui des compétences qui vont de la musique aux arts plastiques en passant par le chant et la danse.
’expérience Démodocos

L’expérience Démodocos naît à partir des codes retrouvés de la scène tragique :

archéologie de la parole rythmée, grec ancien chanté et transposé en français
archéologie de la musique, chanter et danser aujourd’hui dans les modes de Sophocle
archéologie des visages, aller de l’acteur au personnage par le masque.

Cette écriture scénique trans-contemporaine tend ainsi à confronter tous les aspects vitaux de la dramaturgie de Sophocle, jusqu’à offrir la danse nuptiale d’Antigone dont on redécouvre la puissance érotique.

Les principes de la mise en scène

Deux hommes, trois femmes interprètent comme un rituel mystérieux la célébration du sacrifice d’Antigone. Tantôt sphinx ou satyres, tantôt prêtres ou citoyens, leur choeur tente de rétablir l’équilibre du monde troublé par les crimes originels qui ont souillé le sol thébain.

Un officiant s’avance à visage nu. Il sourit à un autre complice. Puis il met son masque, et subit de plein fouet la transformation, sous les yeux du spectateur. Sa voix devient la voix du personnage. Il devient autre. Il est initié au théâtre de Dionysos.
Quand il ôte son masque, son visage nu apparaît, marqué par ce qu’il vient de jouer, comme si ses traits portaient encore l’empreinte du masque.

Théâtre de la Condition des Soies
Avignon, 13 rue de la Croix
8-21 juillet 2006, 12 h
04 32 74 16 49

Traduction et mise en scène : Philippe Brunet
Musique : François Cam
Décor, masques, costumes :Yves Leblanc
Lumières : Grégory Le Bont
Avec François Cam, Rebecca Lefèvre, Estelle Meyer,
Yann Migoubert, Karoline Zaidline.


Voir en ligne : Demodocos

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.