Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Humanités > Les Jardins d’Adonis

Les Jardins d’Adonis

mercredi 14 février 2007

Quelle histoire ! Séducteur, né d’un arbre à myrrhe, jeune homme à semence foisonnante, Adonis, par excès de puissance sexuelle, est condamné à l’impuissance : il est voué aux laitues, plantes froides et humides, qui passent pour être une nourriture de morts et un antiaphrodisiaque. Ses fameux « jardins » ne sont pas davantage des charmes destinés à réveiller la fertilité de la terre ; ce sont des cultures sans fruits, des jardins stériles, transportés sur les toits, où l’éclat du soleil caniculaire les fait pousser jusqu’au vert en quelques jours et, sans transition, les dessèche sur pied.

Ce jardin frivole qui consiste à faire rôtir par Sirius certaines espèces horticoles et céréalières (fenouil, blé, orge, laitue) va de pair avec une fête où le dévergondage des femmes s’autorise des relations d’amant à maîtresse qui s’établissent entre Adonis et Aphrodite. Les aromates provoquent une véritable perversion de la « vie cultivée », aussi bien de la culture des plantes que des relations conjugales.

Nouvelle édition augmentée d’un avant-propos de l’auteur. Suivi d’une interprétation de Jean-Pierre Vernant et d’une lecture de Claude Lévi-Strauss,


Voir en ligne : Librarius

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.