Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Humanités > La sexualité dans la Rome antique

La sexualité dans la Rome antique

jeudi 15 mars 2007

La radio France Inter propose pendant 30 jours de pouvoir écouter l’émission sur la sexualité dans la Rome antique sur son site.

« Pourvu que tu t’abstiennes de femme mariée, de veuve, de vierge, de jeune homme et d’enfant de condition libre, aime tout ce qui te plaît. »

Plaute

Les Romains, qui étaient plus pudiques qu’on le croit, n’aimaient pas parler de leur sexualité. Cette « nécessité de la nature » comme l’appelait Cicéron qui trouvait obscène de révéler ce qui relevait de la vie privée. « Quelle folie d’avouer au grand jour, ce que cache la nuit » écrivait le poète latin Ovide dont « L’art d’aimer » fut pourtant un des plus vieux textes érotiques de l’histoire. Mais la sexualité des romains était sans doute moins débridée que ce qu’en écrivait Ovide ou le Satiricon de Pétrone, et moins extravagante que celle de quelques empereurs débauchés. Claude ou Néron qui allaient plus souvent au bordel qu’au Sénat, Caligula qui couchait avec sa sœur, ou le pire de tous : le vieux Tibère, qui, dans sa villa de Capri, aimait se baigner avec de jeunes esclaves qu’il appelait ses « petits poissons ».


Voir en ligne : France Inter

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.