Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Humanités > La pyramide de Kheops en 3D

La pyramide de Kheops en 3D

samedi 31 mars 2007

Construite il y a 4500 ans, la pyramide de Khéops reste un mystère : comment les Egyptiens ont-ils pu élever un tel monument, haut de 146 mètres, pesant plus de 5 millions de tonnes et s’étendant sur cinq hectares ? Les théories se sont multipliées au fil des âges sans parvenir à convaincre.

La solution a peut-être été trouvée par un architecte français, Jean-Pierre Houdin. Son hypothèse a été confirmée par la technologie 3-D et présentée en grande pompe vendredi à La Géode, à Paris. Tout a commencé en 1999 après la diffusion d’un reportage sur la construction de la pyramide, qui présente diverses explications : l’utilisation d’une gigantesque rampe frontale, d’une série de petites "grues" ou encore d’une rampe extérieure longeant l’édifice.

Henri Houdin, le père de Jean-Pierre et ingénieur de métier, reste dubitatif. Après avoir planché sur le sujet, il estime que la pyramide a été construite "de l’intérieur", à l’aide d’une rampe interne en spirale. Henri demande alors à son fils architecte d’adapter ses croquis en 3D. "J’ai pris le virus et cela fait huit ans que ça dure", explique Jean-Pierre Houdin.

La 3D permet à l’architecte de poser (et retourner) le problème dans tous les sens. Jean-Pierre Houdin élabore alors une théorie qui repose sur trois piliers : l’utilisation d’une rampe extérieure pour construire les 43 premiers mètres de la pyramide ; l’utilisation d’une rampe interne en spirale pour la terminer ; l’installation d’un système de contrepoids dans la grande galerie, un corridor incliné à l’intérieur de l’édifice, afin de hisser les larges poutres de granit (jusqu’à 63 tonnes) des plafonds de la Chambre funéraire du Roi.

Résultat époustouflant

C’est alors qu’intervient Dassault Systèmes. L’entreprise spécialisée dans la "3D temps réel" est séduite par les travaux de Jean-Pierre Houdin. Pendant deux ans, une équipe de 15 personnes s’attache donc à donner vie (virtuellement) à sa théorie. La pyramide est entièrement modélisée : poids des matériaux, forces et contraintes, élasticité et résistance, mais aussi mouvements des hommes et des blocs sur le chantier sont intégrés dans l’ordinateur.

Le résultat final, présenté à La Géode, est époustouflant . Visuellement, le spectateur se trouve plongée dans l’Egypte des pharaons pendant les travaux de "la seule merveille du monde qui ait résisté au temps et aux hommes", selon les mots de Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes. Mais surtout, et c’est le plus important, ce rendu en trois dimensions a permis de valider scientifiquement les hypothèses de l’architecte français. Hypothèses acceptées comme telles par plusieurs égyptologues de renom, jusqu’aux services égyptiens des Antiquités. Il faut dire que les Français ont travaillé dès le départ main dans la main avec les spécialistes égyptiens.

Reste aujourd’hui à valider la théorie par des relevés sur le site. Une mission est en cours de préparation depuis deux ans. Différentes techniques non-invasives, c’est-à-dire qui ne porteront pas atteinte à l’édifice, seront employées. Jean-Pierre Houdin est confiant : il rapporte avoir vu, un jour, un fennec en haut de la pyramide puis disparaître dans une crevasse. Et si le petit renard des sables avait emprunté la rampe interne ?

Source : TF1


Voir en ligne : Pyramide en 3D

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.