Le portique

Nihil novi sub sole !

Accueil > Édito > L’Union des Lycéens s’inquiète de l’avenir des langues anciennes

L’Union des Lycéens s’inquiète de l’avenir des langues anciennes

dimanche 18 novembre 2007

L’Union nationale lycéenne (UNL), principal syndicat lycéen, a exprimé samedi son "inquiétude" face à la "réforme du bac professionnel", annoncée début septembre par Xavier Darcos et qui réduit le cycle d’apprentissage de 4 à 3 ans.

"Un an de moins pour préparer le bac pro mais quel contenu ? Va-t-on devoir faire en trois ans ce que l’on faisait en quatre ? Seront-ce les parties BEP et CAP (deux ans de formation après la 3e) qui seront réduites ou le bac en lui-même qui passera de deux à un an", s’est interrogée l’organisation dans un communiqué.

Une "condensation des programmes" risquerait, selon l’UNL, de "défavoriser certains élèves qui rencontrent déjà des problèmes d’apprentissage".

De plus, elle s’est inquiétée d’une réduction de "l’offre de formation en section professionnelle", ainsi que des "possibilités de réorientation".

"Les lycéens qui préparent un bac pro souhaitent une revalorisation de ce diplôme et non une remise en cause de sa valeur comme celle qui pourrait être initiée par l’application des projets présentés actuellement", a prévenu l’UNL, soucieuse de l’ouverture des bacs professionnels "*à la culture, à la philosophie, langues anciennes et arts".*

Pour l’UNL, si une réforme du bac pro est "souhaitable", les propositions du ministre de l’Education Xavier Darcos restent "floues" et élaborées sans "concertation des lycéens, pourtant premiers concernés".

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.