Le portique

css standard ;css none

L’homme du "lycée pour tous" déterminé à éradiquer le grec ancien du lycée

jeudi 28 mai 2009.

Je suis consterné de considérer le niveau d’argumentation de Richard Descoings, notre peut-être futur ministre de l’Éducation Nationale. Ainsi le lycée pour tous serait en contradiction avec l’excellence et la culture. Voilà le fond de la pensée de Richard Descoings. Qu’un homme comme lui puisse être le Ministre de l’Éducation dans l’avenir me glace le sang.

Quel mépris pour les élèves moyens ou en difficulté ! Je comprends que le grec et le latin sont renvoyés au rayon des antiquités inutiles par Richard Descoings.

Pas un instant il ne lui vient à l’idée que l’excellence et la remédiation sont les deux mamelles d’un même projet pédagogique et qu’il n’existe aucune contradiction entre les deux. Au contraire. Et puisqu’il évoque le niveau de français des lycéens, il devrait savoir que le latin et le grec ont vocation à être aussi des disciplines d’appui pour la langues française et les langues européennes en général dont ils ont inspiré la culture, le lexique et les structures grammaticales.

Enfin, je juge particulièrement odieux de déclarer que le latin et le grec pour tous, c’est le lycée d’il y a cinquante ans, parce que ce n’est pas vrai. Il y a cinquante ans, l’accès au lycée était limité et l’instruction n’avait pas l’impact déterminant qu’elle a aujourd’hui pour trouver un emploi. Il est donc ridicule de comparer les deux époques, d’autant que le latin et le grec se sont plus que largement démocratisés. Il n’y a que des Richard Descoings pour tenter de les éradiquer.

Votre lycée pour tous, ce sera sans moi, Monsieur Descoings, avec l’espoir de ne plus vous voir jouer le moindre rôle dans le système éducatif.

Voir en ligne : Au coin, Descoings.
Répondre à cette brève

Aide

Autres brèves

Derniers articles